AfriqueAutresBurkina FasoGuinéeLes Royaumes et Empires africainsMaliNigerportraitsSénégal

El Hadj Oumar Tall, le fondateur de l’empire Toucouleur

El-Hajj Oumar Ibn Saïd al-Futi Tall (arabe: حاج عمر بن سعيد طعل), (vers 1794-1864), Umar Saidou Tall, né dans le  Futa Tooro, Sénégambie, était un dirigeant politique de l’Afrique de l’Ouest, Savant islamique, commandant militaire Tijani Soufi et Toucouleur qui a fondé un bref empire englobant une grande partie de l’actuelle Guinée, du Sénégal et du Mali.

Oumar bin Sa’id est né vers 1794 à Halwar dans l’imamat de Futa Toro (aujourd’hui le Sénégal). Oumar était le 10ème de 12 enfants.  Son père était Saidou Tall, de la tribu des Torodbe, et sa mère était Sokhna Adama Thiam. Oumar Tall a fréquenté une madrassa avant de s’embarquer dans le Hajj en 1828, et de revenir en 1830 sous avec le  titre El Hadj. Il a été initié au Tijaniyya, puis a assumé le khalifa de la fraternité Tijaniyya soufie au Soudan. El-Hadj a acquis le titre honorifique de Tijani, Khalifat Khatim al-Awliya. Ce titre deviendra la base de son autorité  nécessaire pour diriger les croyants de sa région.

À son retour du Hadj, il campa près de Damas où il rencontra Ibrahim Pacha. Oumar Tal se liait d’amitié avec le Pacha qui guérit son fils d’une fièvre mortelle. Umar Tal était très inspiré par les coutumes établies par le Pacha. Installé à Sokoto de 1831 à 1837, il prit plusieurs femmes, dont l’une était une fille du calife Fula du califat de Sokoto, Muhammed Bello, fils d’Uthman Dan Fodio. En 1836, El Hajj Oumar Tall s’installa dans l’imamat de Futa Djalon, puis à Dinguiraye en 1840, en Guinée actuelle, où il commença à préparer son djihad. Là, il organisa ses partisans dans une armée professionnelle d’environ 50 000 hommes, équipée d’armes de guerre de frabication européenne. En 1852, il proclama un jihad contre les païens, les musulmans non pratiquants, les intrus européens et les dirigeants rétrogrades de Futa Toro et de Futa Djalon.

El-Hajj Oumar a revendiqué une autorité personnelle transcendantale. Il a nié l’importance de l’adhésion à un Madhhab et a privilégié l’Ijtihad ou le jugement religieux personnel. Il a enseigné qu’un croyant devrait suivre les conseils d’un Cheikh soufi qui a une connaissance personnelle immédiate de la vérité divine. Même si Oumar n’a jamais remporté le titre de Mujaddid ou de Mahdi, il était considéré comme tel par ses partisans. Il devint l’idéal torodbe du réveil religieux et de la conquête des païens.

Oumar a fait appel à la population de Futa Toro sur la base de griefs locaux contre les élites militaires. Sa communauté a également fait appel à des individus sans racines et de différentes origines ethniques qui ont trouvé une nouvelle identité sociale et de nouvelles opportunités de conquête sous l’égide de l’Islam. Son Jihad a commencé avec la conquête de Futa Toro et en 1862, son empire comprenait Tombouctou, Masina, Hamdallahi et Segou.

En 1848, l’armée toucouleur d’El Hajj Oumar Tall, équipée d’armes de fabrication europénne, envahit plusieurs régions païennes voisines  Malinké et obtint un succès immédiat. Oumar Tall a pénétré dans ce qui est aujourd’hui la région de Kayes au Mali, conquérant un certain nombre de villes et construisant un tata (fortification) près de la ville de Kayes, qui est aujourd’hui une destination touristique prisée.

En avril 1857, Oumar Tall déclara la guerre au royaume de Khasso. Il est entré en conflit avec les Français qui tentaient d’établir leur suprématie commerciale le long du fleuve Sénégal.Oumar assiégea l’armée coloniale française au fort de la Médina. Le siège a échoué le 18 juillet de la même année, lorsque Louis Faidherbe, gouverneur français du Sénégal, est arrivé avec des forces de secours. En 1860, Oumar conclut avec les Français un traité qui reconnaît la sphère d’influence d’Oumar et de ses partisans à Futa Toro et leur attribue les États bambara de Kaarta et de Segou.

Après avoir échoué à vaincre les Français, El Hadj Oumar Tall lança une série d’assauts sur les royaumes bambara de Kaarta et de Segou. Nioro , la capitale de Kaarta, est rapidement tombée sous le joug des moudjahidines d’Oumar Tall, suivie de Ségou le 10 mars 1861.

Alors que les guerres d’Oumar Tall jusqu’à présent avaient été menées contre les animistes Bambara ou les chrétiens français, il se tourna maintenant vers les plus petits États islamiques de la région. En installant son fils Ahmadou Tall comme imam de Ségou, Oumar Tall descendit le Niger vers l’imamat de Massina à Hamdullahi. Plus de 70 000 personnes sont mortes dans les trois batailles qui ont suivi jusqu’à la chute finale et la destruction de Hamdullahi le 16 mars 1862.

En quête d’un nouveau territoire, Oumar et ses partisans envahissent Masina. Ses ennemis étaient menés par Ahmad al-Bakkai al-Kunti, de l’ordre soufi Qadari. Ahmad a dénoncé cela comme étant une guerre illégitime de musulmans contre des musulmans et a encouragé une coalition d’États locaux, y compris Masina et Tombouctou, à résister. Contrôlant maintenant l’ensemble du Niger moyen, Oumar Tall a lancé une attaque attaque Tombouctou, mais a été repoussé en 1863 par les forces combinées des Touaregs, des Maures et des Fulas.  Pendant ce temps, une rébellion a éclaté à Hamdullahi sous Ba Lobbo, cousin du monarque exécuté Massina Amadu III. En 1864, les forces combinées de Fulas et de Kountas de Balobo chassèrent l’armée d’Oumar Tall de la ville. Ses partisans s’emparèrent de Hamdallahi et créèrent un État qui dura jusqu’en 1893. Son neveu Tidiani Tall lui succéda en tant qu’empereur Toucouleur, bien que son fils Ahmadu Tall accomplît une grande partie du travail visant à maintenir l’empire intact à Ségou. Cependant, les Français continuèrent d’avancer, entrant finalement à Ségou en 1890. L’Empire d’Oumar fut simplement absorbé par l’empire grandissant d’Afrique de l’Ouest française.

El Hadj Oumar Tall reste une figure éminente au Sénégal, en Guinée et au Mali, bien que son héritage varie d’un pays à l’autre. Alors que de nombreux Sénégalais ont tendance à se rappeler de lui comme un héros de la résistance anti-française, les sources maliennes le décrivent comme un envahisseur qui a préparé le terrain pour les Français en affaiblissant l’Afrique de l’Ouest. Oumar Tall figure également dans le roman historique de Maryse Condé, Segu. Il reste à ce jour une figure influente du mouvement Tijaniyya et des autres mouvements réformistes, qui a souligné l’importance de l’orthopraxie musulmane. L’état d’Oumar interdit la danse, l’usage du tabac, de l’alcool, des charmes, des cérémonies païennes et le culte des idoles. De nombreuses pratiques non islamiques ont été interdites. Ces lois étaient également très strictement appliquées, en particulier l’interdiction de l’alcool. Oumar a supprimé les taxes non canoniques et les a remplacées par la zakat, les taxes foncières et la jizya. Les polygames n’étaient limités qu’à quatre épouses. Oumar, cependant, était indifférent aux aspects logistiques de l’inculcation de l’islam tels que la construction de tribunaux, de madrassahs et de mosquées. pour certains, la fonction première de l’État d’Oumar était la guerre prédatrice, l’esclavage, l’accumulation de butin et la réforme de la morale.

Toutefois, il est a noté que dans l’imagerie populaire d’aujourd’hui, Oumar Tall est considéré comme un des plus grands résistants africains à l’occupation française en Afrique tout comme Samory Touré.

Vous pouvez aussi consulter la biographie de Samory Touré ici: https://histoire.ci/2019/07/12/samory-toure-1830-1900-lempereur-du-wassoulou/

 

Articles Similaires

Close