AfriqueCôte d’IvoireGambieGuinéeLes RévolutionsLes Royaumes et Empires africainsLiberiaMaliportraitsSierra Leone

Samory Touré (1830-1900), l’empereur du Wassoulou

Roi guerrier, bâtisseur d’empire et héros de la résistance contre la colonisation française de l’Afrique de l’Ouest au XIXe siècle, Samory Touré est né vers 1830 dans la vallée de la rivière Milo, dans la Guinée actuelle. Son père était un commerçant, conduisant Touré à suivre de bonne heure l’occupation de sa famille. Dans les années 1850, il s’enrôle dans les forces militaires à Madina (aujourd’hui au Mali) pour libérer sa mère, membre du groupe ethnique Malinké, capturée lors d’un raid. Il a par la suite acquis des compétences militaires au cours de diverses campagnes qu’il a menées auprès de chefs locaux avant de commencer sa propre carrière.

Touré devint un chef bien connu, entraînant et commandant une armée croissante et disciplinée. Il élargit ses conquêtes en construisant un empire uni appelé Mandinka. En 1874, il se déclara Faama (monarque) et établit la capitale de son royaume à Bissandougou, dans l’actuelle Gambie. Dans les années 1880, l’empire s’étendit de Bamako (Mali) au nord aux frontières de la Sierra Leone britannique, de la Côte d’Ivoire et du Libéria à l’est et au sud. L’empire de Touré atteignit son apogée entre 1883 et 1887, période au cours de laquelle il prit le titre d’Almamy, qui signifie chef religieux d’un empire musulman.

Samory en route pour le gouvernement, le lieutenant Jacquin, après avoir fait prisonnier Samory le conduit au gouvernement

Après la Conférence de Berlin de 1884 , les forces françaises ont commencé à empiéter sur le pays mandingue. Bien que  l’armée de Samory ait initialement vaincu les Français, leurs forces militaires, qui comprenaient souvent des troupes sénégalaises, réussirent entre 1885 et 1889 à le pousser plus loin dans l’intérieur de l’Afrique de l’Ouest. Après plusieurs affrontements, Touré conclut en 1889 divers traités de paix avec les forces françaises.

Le général de Trentinian dictant à Samory la sentence d’exile

En décembre 1891, les incursions françaises croissantes dans l’empire de Samory Touré entraînent l’exode de toute la nation vers l’est. Entre 1893 et ​​1898, l’armée de Touré conquiert de vastes territoires dans le nord de la Côte d’Ivoire. Touré a formé un deuxième empire et établi sa nouvelle capitale dans la ville de Kong, en Haute-Côte d’Ivoire.

Samory écoutant la sentence qui l’exile

Le 1er mai 1898, lorsque les Français s’emparèrent de la ville de Sikasso, juste au nord du nouvel empire, Touré et son armée s’installèrent dans les forêts libériennes pour résister à une seconde invasion. Cette fois cependant, la famine et la désertion affaiblissent ses forces et les Français s’emparent de Samory Touré le 29 septembre 1898 dans son camp de Guélémou, dans l’actuelle Côte d’Ivoire. Touré fut exilé à Ndjolé, au Gabon, où il mourut d’une pneumonie le 2 juin 1900.

Articles Similaires

Close