AfriqueMaroc

Le Maroc est-il le premier pays à reconnaître les États-Unis comme état indépendant?

Le 20 décembre 1777, le Royaume du Maroc est devenu le premier pays au monde à reconnaître l’indépendance des États-Unis, un an et demi seulement après la déclaration d’indépendance des États-Unis. La Guerre d’Indépendance était toujours en cours et son résultat était encore loin d’être certain.

Selon une publication du sur le site officiel du secrétariat d’état américain, le Maroc a été l’un des premiers pays à reconnaître les États-Unis nouvellement indépendants, ouvrant ses ports aux navires américains par décret du sultan Mohammed III en 1777 (une reconnaissance donc formelle); bien avant la reconnaissance par la France.

Et selon cette même source, le Maroc a signé avec les États-Unis un traité de paix et d’amitié en 1786, un document qui reste la relation ininterrompue la plus longue de l’histoire des États-Unis. Des relations diplomatiques complètes ont débuté en 1905. Le Maroc a acquis le statut de protectorat français de 1912 à 1956, et des relations diplomatiques normales ont repris après la reconnaissance par les États-Unis de l’indépendance du Maroc en 1956. Les deux pays ont une longue histoire de collaboration bilatérale et régionale.

Dans les années 1780, après l’obtention de l’indépendance, les pirates marocains menacèrent la navigation américaine en Méditerranée. Thomas Barclay, consul américain en France, arriva au Maroc en 1786. Il y négocia le Traité d’amitié maroco-américain, qui fut signé plus tard cette année-là en Europe par John Adams et Thomas Jefferson. Sous le sultan Mohammed III, le Maroc devint immédiatement le premier État arabe, le premier État africain et le premier État musulman à signer un traité avec les États-Unis. Le Congrès a ratifié le Traité de paix et d’amitié entre les deux nations en 1787. Renégocié en 1836, le traité est toujours en vigueur, constituant la plus longue relation conventionnelle ininterrompue de l’histoire des États-Unis.

La ville marocaine de Tanger, sur le détroit de Gibraltar, abrite la plus ancienne propriété diplomatique américaine au monde. Aujourd’hui transformé en musée, le Tangier American Legation Museum est également le seul bâtiment en dehors des États-Unis à être désormais un monument historique national.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Bouton retour en haut de la page