AfriqueNigeria

Le musée Horniman de Londres rendra plus de 70 objets au Nigeria

Le musée Horniman a consulté la communauté locale, des écoliers, des universitaires et des historiens, ainsi que des artistes basés au Nigeria et au Royaume-Uni, pour avoir leur avis sur ce qui devrait faire de sa collection d’antiquités nigérianes.

Les 72 objets ont été pillés à Benin City en 1897, lors d’une incursion militaire britannique au Nigeria.

Parmi les pièces figurent les bronzes du Bénin, constitués de 12 plaques de laiton, ainsi que des objets d’apparat, une clé « du palais du roi », des cloches en laiton et un retable au coq en laiton.

Le rapatriement intervient après que le musée Horniman, dans le sud-est de Londres, a reçu une demande de la Commission nationale nigériane des musées et monuments (NCMM) en janvier.

Il a ensuite entrepris des recherches sur la demande et consulté la communauté locale, des écoliers, des universitaires et des historiens, ainsi que des artistes basés au Nigéria et au Royaume-Uni, pour obtenir leur point de vue sur ce qui devrait faire de la collection.

Eve Salomon, présidente des administrateurs du Horniman Museum and Gardens, a déclaré: « Les preuves sont très claires que ces objets ont été acquis par la force, et une consultation externe a soutenu notre point de vue selon lequel il est à la fois moral et approprié de restituer leur propriété au Nigeria.

« Le Horniman est heureux de pouvoir franchir cette étape, et nous sommes impatients de travailler avec le NCMM pour garantir des soins à plus long terme pour ces précieux artefacts. »

Le professeur Abba Tijani, directeur général du NCMM, a ajouté : « Nous nous félicitons vivement de cette décision des administrateurs du Horniman Museum and Gardens.

« Suite à l’approbation de la Charity Commission, nous attendons avec impatience une discussion productive sur les accords de prêt et les collaborations entre la Commission nationale des musées et monuments et le Horniman. »

Le musée dit qu’il va maintenant examiner comment rendre les objets en toute sécurité et discuter de la possibilité de garder certains d’entre eux en prêt pour la recherche et l’éducation.

Cela survient après que le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a demandé l’année dernière directement à Boris Johnson le retour des marbres d’Elgin – un ensemble de sculptures vieux de 2 500 ans utilisé pour décorer le Parthénon en Grèce, qui ont été acquis par Lord Elgin au début du XIXe siècle. Le British Museum a jusqu’à présent refusé de les restituer à la Grèce, malgré ses appels répétés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Close