Monde

Noirs libres et abolitionnisme aux Etats Unis

Pendant la période de l’esclavage, les Noirs libres représentaient environ un dixième de l’ensemble de la population afro-américaine. En 1860, il y avait près de 500 000 Afro-Américains libres, la moitié dans le Sud et l’autre moitié dans le Nord. La population noire libre est née d’anciens serviteurs sous contrat et de leurs descendants. Elle a été augmenté par des immigrants noirs libres des Antilles et par des Noirs libérés par des propriétaires d’esclaves individuels.

Mais les Noirs libres n’étaient libres que techniquement. Dans le Sud, où ils faisaient peser une menace sur l’institution de l’esclavage, ils subissaient à la fois par la loi et par la coutume de nombreuses  restrictions imposées aux esclaves. Dans le Nord, les Noirs libres étaient discriminés dans des droits tels que le vote, la propriété et la liberté de mouvement, bien qu’ils aient eu un certain accès à l’éducation et pouvaient s’organiser. Les Noirs libres risquaient également d’être kidnappés et réduits en esclavage.

Les premiers dirigeants afro-américains ont émergé parmi les Noirs libres du Nord, en particulier ceux de Philadelphie, de Boston et de New York. Les Afro-Américains libres du Nord ont établi leurs propres institutions : églises, écoles et sociétés d’aide mutuelle. L’une des premières de ces organisations était l’église épiscopale méthodiste africaine (AME), formée en 1816 et dirigée par l’évêque Richard Allen de Philadelphie. L’astronome et mathématicien Benjamin Banneker figurait parmi d’autres Afro-Américains libres.

Les Noirs libres ont été parmi les premiers abolitionnistes. Parmi eux figuraient John B. Russwurm et Samuel E. Cornish, qui fondèrent en 1827 le Freedom’s Journal, le premier journal afro-américain aux États-Unis. Le soutien des Noirs a également permis la fondation et la survie du Liberator, un journal commencé en 1831 par l’abolitionniste blanc William Lloyd Garrison. Le plus célèbre de tous les journaux afro-américains était probablement le North Star, fondé en 1847 par l’ancien esclave Frederick Douglass, qui soutenait que le mouvement anti-esclavagiste devait être dirigé par des Noirs.

À partir de 1830, les dirigeants afro-américains ont commencé à se réunir régulièrement dans des conventions nationales et étatiques. Mais ils différaient sur les meilleures stratégies à utiliser dans la lutte contre l’esclavage et la discrimination. Certains, comme David Walker et Henry Highland Garnet, ont appelé les esclaves à se révolter et à renverser leurs maîtres. D’autres, comme Russwurm et Paul Cuffe, ont proposé qu’un grand pays noir moderne soit établi en Afrique. Soutenus par l’American Colonization Society, dont les membres étaient majoritairement blancs, les Afro-Américains ont fondé le Libéria en Afrique de l’Ouest en 1822. Leurs idées préfiguraient le développement du nationalisme panafricain sous la direction de l’évêque AME Henry M. Turner un demi-siècle plus tard. Cependant, la plupart des dirigeants noirs se considéraient alors et plus tard comme des Américains et pensaient que les problèmes de leur peuple ne pouvaient être résolus que par une lutte continue à l’intérieur.

 

Articles Similaires

Close