Monde

La vie des afro-américains pendant la Grande Dépression et le New Deal aux Etats Unis

La Grande Dépression des années 1930 a aggravé la situation économique déjà sombre des Afro-Américains. Ils ont été les premiers à être licenciés et ont souffert d’un taux de chômage deux à trois fois supérieur à celui des Blancs. Dans les premiers programmes d’assistance publique, les Afro-Américains recevaient souvent beaucoup moins d’aide que les Blancs, et certaines organisations caritatives excluaient même les Noirs de leurs soupes populaires.

Cette situation économique intensifiée a déclenché des développements politiques majeurs parmi les Afro-Américains. À partir de 1929, la St. Louis Urban League a lancé un mouvement national « des emplois pour les Noirs » en boycottant les chaînes de magasins qui avaient principalement des clients noirs mais n’employaient que des employés blancs. Les efforts pour unifier les organisations afro-américaines et les groupes de jeunes ont conduit plus tard à la fondation du National Negro Congress en 1936 et du Southern Negro Youth Congress en 1937.

Pratiquement ignorés par les administrations républicaines des années 1920, les électeurs noirs ont dérivé vers le Parti démocrate, en particulier dans les villes du Nord. Lors de l’élection présidentielle de 1928, les Afro-Américains ont voté en grand nombre pour les démocrates pour la première fois. En 1930, le président républicain, Herbert Hoover a nommé John J. Parker, un homme aux opinions anti-noires prononcées, à la Cour suprême des États-Unis. Le NAACP s’est opposé avec succès à la nomination. Lors de la course présidentielle de 1932, les Afro-Américains ont massivement soutenu le candidat démocrate retenu, Franklin D. Roosevelt.

L’accessibilité de l’administration Roosevelt aux dirigeants afro-américains et les réformes du New Deal ont renforcé le soutien des Noirs au Parti démocrate. Un certain nombre de dirigeants afro-américains, membres d’un soi-disant « cabinet noir », étaient des conseillers de Roosevelt. Parmi eux se trouvaient l’éducatrice Mary McLeod Bethune, qui a été directrice des affaires noires de la National Youth Administration; William H. Hastie, qui en 1937 devint le premier juge fédéral noir ; Eugene K. Jones, secrétaire exécutif de la National Urban League ; Robert Vann, rédacteur en chef du Pittsburgh Courier ; et l’économiste Robert C. Weaver.

Les Afro-Américains ont grandement bénéficié des programmes du New Deal, bien que la discrimination par les administrateurs locaux soit courante. Des logements sociaux à bas prix ont été mis à la disposition des familles noires. La National Youth Administration et le Civilian Conservation Corps ont permis aux jeunes afro-américains de poursuivre leurs études. La Works Progress Administration a donné du travail à de nombreux Afro-Américains et son Federal Writers Project a soutenu le travail de nombreux auteurs noirs, parmi lesquels Zora Neale Hurston, Arna Bontemps, Waters Turpin et Melvin B. Tolson.

Le Congrès des organisations industrielles (CIO), créé au milieu des années 1930, a organisé pour la première fois un grand nombre de travailleurs noirs en syndicats. En 1940, il y avait plus de 200 000 Afro-Américains dans le CIO, dont beaucoup étaient des dirigeants de sections locales.

Toutefois, toutes ces actions n’ont pas réellement pu impacter la vie des noirs américains. Le plus gros problème était la discrimination raciale qui était encrée solidement dans la société américaine et qui perdure aujourd’hui.

La rapprochement de la communauté noire au partie démocrate américain, pour certains analystes de l’histoire de la vie politique des Etats Unis n’a pas réellement été bénéfique.

Articles Similaires

Close