Diaspora AfricaineMondeportraits

Harriet Tubman, la Black Moses

Harriet Tubman s’est échappée de l’esclavage dans le Sud pour devenir une abolitionniste de premier plan avant la guerre civile. Elle a conduit des centaines d’esclaves noirs vers la liberté dans le Nord le long de la route du chemin de fer clandestin, un réseau secret élaboré.

Née esclave, Araminta Ross adopta plus tard le prénom de sa mère, Harriet. Dès sa plus tendre enfance, elle a travaillé diversement comme femme de ménage, infirmière, ouvrière agricole, cuisinière et bûcheron. Vers 1844, elle épousa John Tubman, un Noir libre. En 1849, sur la foi de rumeurs selon lesquelles elle était sur le point d’être vendue, Tubman s’enfuit à Philadelphie, laissant derrière elle son mari, ses parents et ses frères et sœurs. En décembre 1850, elle se rendit à Baltimore, dans le Maryland, d’où elle conduisit sa sœur et ses deux enfants à la liberté. Ce voyage a été la première de quelque 19 incursions de plus en plus dangereuses dans le Maryland au cours desquelles, elle a conduit plus de 300 esclaves fugitifs le long du chemin de fer clandestin vers le Canada.

Par son courage, son ingéniosité, sa persévérance et sa discipline extraordinaire, Tubman était connue comme la « Moïse de son peuple » , la Black Moses. On a dit qu’elle n’avait jamais perdu un fugitif qu’elle menait à la liberté. Les récompenses offertes par les propriétaires d’esclaves pour la capture de Tubman ont finalement totalisé 40 000 $. Les abolitionnistes, cependant, ont célébré son courage. John Brown, qui l’a consultée au sujet de ses propres plans pour organiser un raid anti-esclavagiste d’une armurerie fédérale à Harpers Ferry, en Virginie (maintenant en Virginie-Occidentale), l’a appelée le « général » Tubman. Vers 1858, elle acheta une petite ferme près d’Auburn, dans l’État de New York, où elle plaça ses parents âgés (elle les avait fait sortir du Maryland en juin 1857), où elle-même viendrait vivre après la guerre de Sécession. De 1862 à 1865, elle a servi comme éclaireuse, ainsi qu’infirmière et blanchisseuse, pour les forces de l’Union en Caroline du Sud.

Pour les Seconds Carolina Volunteers, sous le commandement du colonel James Montgomery, Tubman espionna le territoire confédéré. Lorsqu’elle est revenue avec des informations sur l’emplacement des entrepôts et des munitions, les troupes de Montgomery ont pu lancer des attaques soigneusement planifiées.

Pour son service en temps de guerre, Tubman était si peu payée qu’elle devait subvenir à ses besoins en vendant des produits de boulangerie faits maison. Après la guerre de Sécession, Tubman s’est installé à Auburn et a commencé à accueillir des orphelins et des personnes âgées,  au Harriet Tubman Home for Indigent Aged Negroes. La maison a plus tard attiré le soutien d’anciens camarades abolitionnistes et des citoyens d’Auburn, continuant à exister pendant quelques années après sa mort. À la fin des années 1860 et à nouveau à la fin des années 1890, Tubman a demandé une pension fédérale pour ses services pendant la guerre de Sécession. Quelque 30 ans après son service, un projet de loi privé prévoyant 20 $ par mois a été adopté par le Congrès.

Elle a été active dans le mouvement pour le droit de vote des femmes jusqu’à ce que la maladie la rattrape, et elle a dû être admise dans un foyer pour personnes âgées afro-américaines qu’elle avait aidé à établir des années plus tôt. Après sa mort en 1913, elle est devenue une icône du courage et de la liberté.

Articles Similaires

Close