AfriqueGuinéeLes Royaumes et Empires africains

L’histoire de l’Imamat du Fouta-Djalon

L’imamat de Fouta Djalon ou Jalon était un État théocratique ouest-africain basé dans les hauts plateaux du Fouta Djallon de la Guinée moderne. L’État a été fondé vers 1727 par un djihad peul et est devenu une partie de l’Afrique occidentale française en 1896.

La région du Fouta Djalon a été colonisée par les semi-nomades Fulɓe au fil des générations successives entre le XIIIe et le XVIe siècle. Initialement, ils suivaient une religion traditionnelle africaine.

Comme dans l’imamat de Fouta Toro, les musulmans et les traditionalistes peuls de Fouta Djalon vivaient côte à côte. Puis, selon les récits traditionnels, une guerre sainte a éclaté au XVIIe siècle. En 1725, les Fulɓe musulmans prirent le contrôle total du Fouta Djalon après la bataille de Talansan et fondèrent le premier des nombreux États théocratiques peuls. Karamokho Alfa a été nommé émir al-Mu’minin (“Commandant des fidèles”) et premier Almami de l’imamat de Fouta Djalon. Il mourut en 1751 et fut remplacé par l’émir Ibrahim Sori, qui consolida le pouvoir de l’État islamique. Le modèle théocratique de Fouta Djalon inspirera plus tard l’État peul de Fouta Toro.

Le nouvel imamat de Fouta Djalon était gouverné selon une interprétation stricte de la charia avec un dirigeant central dans la ville de Timbo, près de l’actuelle Mamou. L’imamat comprenait neuf provinces appelées diwe, qui détenaient toutes une certaine autonomie. Ces diwe étaient : Timbo, Timbi, Labè, Koîn, Kolladhè, Fugumba, Kèbaly, Fodé Hadji et Murya, Massi. La réunion des dirigeants de ces diwè à Timbi a décidé d’introduire Alpha Ibrahima de Timbo comme premier Almamy Fuuta Jallonke avec résidence à Timbo. Timbo devient alors la capitale du Fouta Djalon jusqu’à l’arrivée des colons français. L’objectif de la constitution de cet Imamat était de convaincre les communautés locales de devenir musulmanes. Elle est devenue une puissance régionale par la guerre et la négociation, exerçant son influence et générant de la richesse. En tant qu’État souverain, il traitait avec la France et d’autres puissances européennes en tant que pair diplomatique tout en défendant les réalisations artistiques et littéraires dans l’apprentissage islamique dans des centres tels que la ville sainte de Fugumba.

Les musulmans de Futa Djallon se sont divisés en factions. La faction cléricale a pris le nom d’Alfaya par respect pour l’héritage de Karamokho Alfa, tandis que la faction laïque s’est appelée Soriya en l’honneur de son successeur Ibrahima Sori.

Les deux factions sont parvenues à un accord selon lequel le pouvoir devrait alterner entre les dirigeants des deux factions. Les dirigeants des deux villes de Timbo et de Fugumba descendaient de la même famille d’origine, et plus tard toute concurrence pour le poste d’almami était entre ces deux villes.

L’imamat de Fouta Djalon est devenu une société multiethnique et multilingue, gouvernée par les Fulɓe musulmans et soutenue par de puissantes armées libres et d’esclaves. Les Fulɓe de Fouta Djalon et de Fouta Toro ont pu profiter de la traite négrière atlantique croissante avec les Européens sur la côte, en particulier les Français et les Portugais. Les deux États peuls fournissaient également des céréales, du bétail et d’autres biens de valeur à leurs voisins européens de la côte. L’Almaami exigerait des cadeaux en échange de droits commerciaux et pourrait faire respecter sa volonté avec une armée bien fournie. En 1865, Futa Jallon a soutenu une invasion du royaume mandingue de Kaabu, entraînant sa disparition à la bataille du Kansala en 1867. Il a conquis les vestiges du royaume de Jolof dans le centre de la Sénégambie en 1875.

Les Français ne se contentaient pas d’une simple domination de la côte et d’un commerce de plus en plus unilatéral avec les Fulbe. Ils ont commencé à faire des incursions dans le Fouta Djalon en capitalisant sur ses luttes internes. Enfin, en 1896, à la bataille de Porédaka, les Français battent le dernier Almaami du Fouta Djalon, Bokar Biro.

Articles Similaires

Close