AfriqueÉgypteportraits

Les 13 femmes les plus puissantes de l’Egypte Antique

Les dirigeants de l’Egypte ancienne, les pharaons, étaient presque tous des hommes. Mais une poignée de femmes régnait également sur l’Égypte, dont Cléopâtre VII et Néfertiti, dont on se souvient encore aujourd’hui. D’autres femmes ont également régné, bien que les archives historiques de certaines d’entre elles soient limitées, en particulier pour les premières dynasties qui ont régné sur l’Égypte.

La liste suivante des pharaons féminins de l’Egypte ancienne est dans l’ordre chronologique inverse. Il commence avec le dernier pharaon à gouverner une Égypte indépendante, Cléopâtre VII, et se termine avec Meryt-Neith, qui, il y a 5 000 ans, était probablement l’une des premières femmes à gouverner.

 

13- Cléopâtre VII (69-30 av. J.-C.)

Cléopâtre VII, la fille de Ptolémée XII, est devenue pharaon à l’âge de 17 ans environ, d’abord co-régente avec son frère Ptolémée XIII, qui n’avait alors que 10 ans. Les Ptolémées étaient les descendants d’un général macédonien de l’armée d’Alexandre le Grand. Au cours de la dynastie ptolémaïque, plusieurs autres femmes nommées Cléopâtre ont servi de régentes.

 

Agissant au nom de Ptolémée, un groupe de hauts conseillers a évincé Cléopâtre du pouvoir, et elle a été forcée de fuir le pays en 49 av. JC. Mais elle était déterminée à reprendre le pouvoir. Elle leva une armée de mercenaires et chercha le soutien du leader romain Jules César. Avec la puissance militaire de Rome, Cléopâtre a vaincu les forces de son frère et a repris le contrôle de l’Égypte.

 

Cléopâtre et Jules César sont devenus amoureux et elle lui a donné un fils. Plus tard, après l’assassinat de César en Italie, Cléopâtre s’est alignée sur son successeur, Marc Antoine. Cléopâtre a continué à régner sur l’Égypte jusqu’à ce qu’Antoine soit renversé par ses rivaux à Rome. Après une défaite militaire brutale, les deux se sont suicidés et l’Égypte est tombée sous la domination romaine.

 

 

12- Cléopâtre I (204-176 av. J.-C.)

Cléopâtre I était l’épouse de Ptolémée V Épiphane d’Égypte. Son père était Antiochus III le Grand, un roi grec séleucide, qui a conquis une grande partie de l’Asie Mineure (dans l’actuelle Turquie) qui était auparavant sous contrôle égyptien. Dans le but de faire la paix avec l’Égypte, Antiochus III a offert sa fille de 10 ans, Cléopâtre, en mariage à Ptolémée V, le souverain égyptien de 16 ans.

 

Ils se sont mariés en 193 av.JC et Ptolémée la nomma vizir en 187 av JC. Ptolémée V mourut en 180 av.JC et Cléopâtre sera designee régente de son fils.  Elle a même frappé des pièces à son image, son nom prenant le pas sur celui de son fils. Son nom a précédé celui de son fils dans de nombreux documents entre la mort de son mari et 176 av. J.C., l’année de sa mort.

 

11- Tausret (mort en 1189 av. J.-C.)

Tausret (également connue sous le nom de Twosret, Tausret ou Tawosret) était l’épouse du pharaon Seti II. À la mort de Seti II, Tausret a été régente pour son fils, Siptah (alias Rameses-Siptah ou Menenptah Siptah). Siptah était probablement le fils de Seti II par une femme différente, faisant de Tausret sa belle-mère. Il y a des indications que Siptal a pu avoir une certaine invalidité, ce qui a peut-être été un facteur contributif à sa mort à l’âge de 16 ans.

 

Après la mort de Siptal, les documents historiques indiquent que Tausret a été pharaon pendant deux à quatre ans, utilisant des titres royaux pour elle-même. Tausret est mentionnée par Homer comme interagissant avec Helen autour des événements de la guerre de Troie. Après la mort de Tausret, l’Égypte est tombée dans la tourmente politique; à un moment donné, le  nom de Tausret et son image ont été retirés de sa tombe. Aujourd’hui, une momie au musée du Caire serait la sienne.

 

10 -Néfertiti (1370-1330 av. J.-C.)

Néfertiti a régné sur l’Égypte après la mort de son mari, Amenhotep IV. Peu sur sa biographie a été conservée; elle peut avoir été la fille de nobles égyptiens ou avoir des racines syriennes. Son nom signifie “une belle femme est venue”, et dans l’art de son époque, Néfertiti est souvent représentée dans des poses romantiques avec Amenhotep ou comme son égal.

 

Cependant, Néfertiti a disparu des archives historiques quelques années après son accession au trône. Les chercheurs disent qu’elle a peut-être pris une nouvelle identité ou qu’elle a peut-être été tuée, mais ce ne sont que des suppositions. Malgré le manque d’informations biographiques sur Néfertiti, une sculpture d’elle est l’un des artefacts égyptiens antiques les plus largement reproduits. L’original est exposé au Neues Museum de Berlin.

 

9- Hatchepsout (1507-1458 av. J.-C.)

Veuve de Thoutmosis II, Hatchepsout régna d’abord en tant que régente de son jeune beau-fils et héritier, puis en tant que pharaon. Parfois appelé Maatkare ou le “roi” de Haute et Basse Egypte, Hatchepsout est souvent représenté dans une fausse barbe et avec les objets avec lesquels un pharaon est généralement représenté, et en tenue masculine; après quelques années de règne sous forme féminine . Elle disparaît soudainement de l’histoire, son beau-fils ayant peut-être ordonné la destruction des images d’Hatchepsout et des mentions de son règne.

 

 

8- Ahmose-Nefertari (1562-1495 av. J.-C.)

Ahmose-Nefertari était l’épouse et la sœur du fondateur de la 18e dynastie, Ahmose I, et la mère du deuxième roi, Amenhotep I. Sa fille, Ahmose-Meritamon, était l’épouse d’Amenhotep I. Ahmose-Nefertari a une statue à Karnak, que son petit-fils Thoutmosis a parrainé. Elle a été la première à porter le titre de « Femme de Dieu d’Amon ». Ahmose-Nefertari est souvent représentée avec une peau brun foncée ou noire. Les chercheurs ne sont pas d’accord sur le fait que cette représentation concerne l’ascendance africaine ou un symbole de fertilité.

 

7- Ashotep (1560-1530 av. J.-C.)

Les érudits ont peu d’archives historiques sur Ashotep. On pense qu’elle était la mère d’Ahmose I, le fondateur de la 18e dynastie égyptienne et du Nouvel Empire, qui a vaincu les Hyksos (dirigeants étrangers d’Égypte). Ahmose I l’a créditée dans une inscription d’avoir maintenu la nation ensemble pendant son règne en tant qu’enfant pharaon alors qu’elle semble avoir été régente pour son fils. Elle a peut-être également mené des troupes au combat à Thèbes, mais les preuves sont rares.

 

6- Sobeknefru (mort en 1802 av. J.-C.)

Sobeknefru (alias Neferusobek, Nefrusobek ou Sebek-Nefru-Meryetre) était la fille d’Amenemhet III et la demi-soeur d’Amenemhet IV—et peut-être aussi sa femme. Elle a affirmé avoir été co-régente avec son père. La dynastie se termine avec son règne, car elle n’avait apparemment pas de fils. Les archéologues ont trouvé des images qui font référence à Sobeknefru en tant que “femme Horus”, reine de Haute et Basse Égypte et fille de Rê.

Seuls quelques artefacts ont été positivement liés à Sobeknefru, y compris un certain nombre de statues sans tête qui la représentent vêtue de vêtements féminins mais portant des objets masculins liés à la royauté. Dans certains textes anciens, elle est parfois désignée en termes utilisant le genre masculin, peut-être pour renforcer son rôle de pharaon.

 

5- Neithhikret (mort en 2181 av. J.-C.)

Neithhikret (alias Nitocris, Neith-Iquerti ou Nitokerty) n’est connu que par les écrits de l’historien grec ancien Hérodote. Si elle a existé, elle a vécu à la fin de la dynastie, a peut-être été mariée à un homme qui n’était pas de sang royal et n’a peut-être même pas été roi. Elle était peut-être la fille de Pepi II. Selon Hérodote, elle aurait succédé à son frère Metesouphis II à sa mort, puis aurait vengé sa mort en noyant ses meurtriers.

 

4- Ankhesenpepi II (sixième dynastie, 2345-2181 av. J.-C.)

Peu d’informations biographiques sont connues sur Ankhesenpepi II, y compris quand elle est née et quand elle est décédée. Parfois appelée Ankh-Meri-Ra ou Ankhnesmeryre II, elle a peut-être été régente pour son fils, Pepi II, qui avait environ six ans lorsqu’il a accédé au trône après la mort de Pepi I. Une statue d’Ankhnesmeryre II en tant que mère nourricière, tenant la main de son enfant, est exposée au Brooklyn Museum.

 

3- Khentkaus (quatrième dynastie, 2613-2494 av. J.-C.)

Selon les archéologues, Khentkaus a été caractérisée dans les inscriptions comme la mère de deux pharaons égyptiens, probablement Sahure et Neferirke de la cinquième dynastie. Il existe des preuves qu’elle a peut-être servi comme régente pour ses jeunes fils ou peut-être qu’elle a elle-même gouverné l’Égypte pendant une brève période. D’autres documents suggèrent qu’elle était mariée soit au souverain Shepseskhaf de la quatrième dynastie, soit à Ouserkaf de la cinquième dynastie. Cependant, la nature des documents de cette période de l’histoire de l’Égypte ancienne est si fragmentaire qu’il est impossible de confirmer sa biographie.

 

2- Nimaethap (troisième dynastie, 2686-2613 av. J.-C.)

Les archives égyptiennes antiques font référence à Nimaethap (ou Ni-Maat-Heb) comme la mère de Djéser. Il était probablement le deuxième roi de la IIIe dynastie, période au cours de laquelle les royaumes supérieur et inférieur de l’Égypte ancienne étaient unifiés. Djéser est surtout connu comme le constructeur de la pyramide à degrés de Saqqarah. On sait peu de choses sur Nimaethap, mais les archives indiquent qu’elle a peut-être régné brièvement, peut-être alors que Djoser était encore un enfant.

 

1- Meryt-Neith (première dynastie, env. 3200–2910 av. J.-C.)

Meryt-Neith (alias Merytneith ou Merneith) était l’épouse de Djet, qui régna vers 3000 av. JC. Elle a été inhumée dans les tombes d’autres pharaons de la Première Dynastie, et son lieu de sépulture contenait des artefacts habituellement réservés aux rois, y compris un bateau pour voyager vers l’autre monde, et son nom se trouve sur des sceaux répertoriant les noms d’autres pharaons de la Première dynastie.  Cependant, certains sceaux font référence à Meryt-Neith comme la mère du roi, tandis que d’autres impliquent qu’elle était elle-même une souveraine d’Égypte. Les dates de sa naissance et de sa mort sont inconnues.

Articles Similaires

Close