Diaspora AfricaineMondeportraits

10 choses à savoir sur Malcolm X

Malcolm X (né Malcolm Little ; 19 mai 1925 – 21 février 1965) était un afro-américain et militant des droits de l’homme qui était une figure populaire pendant le mouvement des droits civiques. Il a été porte-parole de la Nation of Islam et défenseur de longue date de l’autonomisation des Noirs et critique du mouvement des droits civiques dirigé par Martin Luther King Jr. Nous vous déroulons la vie de cet illustre homme en 10 points.

1. De Canaille à Leader 

Malcolm a passé son adolescence à vivre dans une série de foyers d’accueil ou chez des proches après la mort de son père et l’hospitalisation de sa mère. Il s’est livré à plusieurs activités illicites et a finalement été condamné à 10 ans de prison en 1946 pour vol. En prison, il a rejoint la Nation of Islam, a adopté le nom de Malcolm X , et est rapidement devenu l’un des dirigeants les plus influents de l’organisation après sa libération conditionnelle en 1952.

(Original Caption) 1944-Boston, MA: Malcolm Little, at age 18, at the time of an arrest for larceny, police photograph front and profile.

2.  L’origine de son nom “Malcolm X”

En 1950, le FBI a ouvert un dossier sur Malcolm après qu’il ait écrit une lettre de prison au président Truman exprimant son opposition à la guerre de Corée et se déclarant communiste.[56] Cette année-là, il a également commencé à signer son nom “Malcolm X”.Muhammad a demandé à ses disciples de laisser leurs noms de famille derrière eux lorsqu’ils ont rejoint la Nation of Islam et d’utiliser “X” à la place. Quand le moment serait venu, après qu’ils aient prouvé leur sincérité, a-t-il dit, il révélerait le “nom original” du musulman. Dans son autobiographie, Malcolm X a expliqué que le “X” symbolisait le vrai nom de famille africain qu’il ne pourrait jamais connaître. “Pour moi, mon ‘X’ a remplacé le nom de maître d’esclave blanc de ‘Little’ qu’un diable aux yeux bleus nommé Little avait imposé à mes ancêtres paternels.”

3. Un présence physique impressionnante

Outre son talent d’orateur, Malcolm X avait une présence physique impressionnante. Il mesurait 1,91 m et pesait environ 82 kg. Un écrivain l’a décrit comme ” puissamment construit “, et un autre comme ” d’une beauté fascinante … et toujours impeccablement soigné “.

4. Mariage et famille

En 1955, Betty Sanders rencontre Malcolm X après l’une de ses conférences, puis à nouveau lors d’un dîner ; bientôt elle assista régulièrement à ses conférences. En 1956, elle rejoint la Nation of Islam, changeant son nom en Betty X. Les rendez-vous en tête-à-tête étaient contraires aux enseignements de la Nation, alors le couple a courtisé lors d’événements sociaux avec des dizaines ou des centaines d’autres, et Malcolm X a tenu à l’inviter lors des fréquentes visites de groupe qu’il a dirigées dans les musées et les bibliothèques de New York.

Malcolm X lui a fait une demande en mariage lors d’un appel téléphonique de Detroit en janvier 1958, et ils se sont mariés deux jours plus tard. Ils eurent six filles : Attallah (née en 1958, du nom d’Attila le Hun) ; Qubilah (née en 1960, du nom de Kublai Khan) ; Ilyasah (né en 1962, du nom de Elijah Muhammad); Gamilah Lumumba (né en 1964, du nom de Gamal Abdel Nasser et Patrice Lumumba); et des jumeaux Malikah et Malaak (né en 1965 après la mort de leur père, et nommé en son honneur) .

5- L’ami des leaders du tiers-monde

En septembre 1960, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, Malcolm X est invité par des dirigeants de plusieurs nations africaines. Il a rencontré Gamal Abdel Nasser d’Égypte, Ahmed Sékou Touré de Guinée et Kenneth Kaunda. Fidel Castro a également assisté à l’Assemblée, et Malcolm X l’a rencontré publiquement dans le cadre d’un comité d’accueil des dirigeants de la communauté de Harlem. Castro a été suffisamment impressionné par Malcolm X pour suggérer une réunion privée, et après deux heures de conversation, Castro a invité Malcolm X à visiter Cuba.

6- Son pélérinage à la Mecque

En avril 1964, avec l’aide financière de sa demi-sœur Ella Little-Collins, Malcolm X s’envole pour Djeddah, en Arabie saoudite, pour son Hajj, le pèlerinage à La Mecque obligatoire pour tout musulman qui en est capable. Il a été retardé à Djeddah lorsque sa citoyenneté américaine et son incapacité à parler arabe ont fait remettre en question son statut de musulman. Il avait reçu le livre d’Abdul Rahman Hassan Azzam , Le message éternel de Muhammad, et il a contacté l’auteur. Le fils d’Azzam a organisé sa libération et lui a prêté sa suite d’hôtel personnelle. Le lendemain matin, Malcolm X apprit que le prince Fayçal d’Arabie Saoudite l’avait désigné comme invité d’État. Plusieurs jours plus tard, après avoir terminé les rituels du Hajj, Malcolm X a eu une audience avec le prince.

Malcolm X a déclaré plus tard que voir des musulmans de « toutes les couleurs, des blonds aux yeux bleus aux Africains à la peau noire », interagir sur un pied d’égalité l’a amené à voir l’islam comme un moyen de surmonter les problèmes raciaux.

7- Ses visites en Afrique

Malcolm X avait déjà visité la République arabe unie (une union politique de courte durée entre l’Égypte et la Syrie), le Soudan, le Nigéria et le Ghana en 1959 pour organiser une tournée en Afrique de Elijah Muhammad. Après son voyage à La Mecque en 1964, il visite l’Afrique une seconde fois. Il est retourné aux États-Unis fin mai et s’est de nouveau envolé pour l’Afrique en juillet. Au cours de ces visites, il a rencontré des responsables, donné des interviews et parlé à la radio et à la télévision en Égypte, en Éthiopie, au Tanganyika, au Nigéria, au Ghana, en Guinée, au Soudan, au Sénégal, au Libéria, en Algérie et au Maroc. Au Caire, il a assisté à la deuxième réunion de l’Organisation de l’unité africaine en tant que représentant de l’OUA.  À la fin de cette troisième visite, il avait rencontré pratiquement tous les principaux dirigeants africains ; Kwame Nkrumah du Ghana, Gamal Abdel Nasser d’Égypte et Ahmed Ben Bella d’Algérie avaient tous invité Malcolm X à siéger dans leurs gouvernements. Après avoir pris la parole à l’Université d’Ibadan, l’Association des étudiants musulmans nigérians lui a conféré le nom honorifique yoruba d’Omowale (« le fils qui est rentré à la maison »). Il a appelé plus tard cela son honneur le plus précieux.

8- Son séjour en France et en Grande Bretagne

Le 23 novembre 1964, de retour d’Afrique, Malcolm X s’arrête à Paris, où il prend la parole dans la Salle de la Mutualité. Une semaine plus tard, le 30 novembre, Malcolm X s’envole pour le Royaume-Uni et, le 3 décembre, participe à un débat à l’Oxford Union Society. La motion a été tirée d’une déclaration faite plus tôt cette année-là par le candidat présidentiel américain Barry Goldwater : « L’extrémisme dans la défense de la liberté n’est pas un vice ; la modération dans la poursuite de la justice n’est pas une vertu ». Malcolm X a abondé dans ce sens, et l’intérêt pour le débat était si élevé qu’il a été télévisé à l’échelle nationale par la BBC.

Le 5 février 1965, Malcolm X s’envola à nouveau pour la Grande-Bretagne,et le 8 février, il s’adressa à la première réunion du Conseil des organisations africaines à Londres. Le lendemain, il tenta de rentrer en France, mais se vit refuser l’entrée.

Le 12 février, il s’est rendu à Smethwick, près de Birmingham, où le Parti conservateur avait remporté le siège parlementaire aux élections générales de 1964. La ville était devenue synonyme de division raciale après que le candidat retenu, Peter Griffiths, eut été accusé d’avoir utilisé le slogan « Si vous voulez un nègre pour voisin, votez libéral ou travailliste ». À Smethwick, Malcolm X a comparé le traitement des résidents des minorités ethniques avec le traitement des Juifs sous Hitler, en déclarant : « Je n’attendrais pas que l’élément fasciste de Smethwick érige des fours à gaz.

9- Son assassinat

Le 19 février 1965, Malcolm X a déclaré à l’intervieweur Gordon Parks que la Nation of Islam essayait activement de le tuer. Le 21 février 1965, il se préparait à s’adresser à l’OAAU dans la salle de bal Audubon de Manhattan lorsque quelqu’un dans l’auditoire de 400 personnes a crié: “Nigger! Sortez votre main de ma poche!” Pendant que Malcolm X et ses gardes du corps tentaient de réprimer la perturbation, un homme s’est précipité en avant et lui a tiré une fois dans la poitrine avec un fusil de chasse à canon scié et deux autres hommes ont chargé la scène en tirant des armes de poing semi-automatiques. Malcolm X a été déclaré mort à 15 h 30, peu de temps après son arrivée à l’hôpital presbytérien de Columbia. L’autopsie a identifié 21 blessures par balle à la poitrine, à l’épaule gauche, aux bras et aux jambes, dont dix blessures par chevrotine.

10- Des funérails populaires

La présentation publique du corps de Malcolm X, du 23 au 26 février au Unity Funeral Home à Harlem, a réuni quelque 14 000 à 30 000 personnes. Pour les funérailles du 27 février, des haut-parleurs ont été installés pour la foule débordante à l’extérieur du Faith Temple de l’Église de Dieu en Christ de mille places à Harlem, et une chaîne de télévision locale a diffusé le service en direct.

Parmi les leaders des droits civiques présents figuraient John Lewis, Bayard Rustin, James Forman, James Farmer, Jesse Gray et Andrew Young. L’acteur et militant Ossie Davis a prononcé l’éloge funèbre, décrivant Malcolm X comme « notre brillant prince noir … qui n’a pas hésité à mourir parce qu’il nous aimait tellement ».

Articles Similaires

Close