AfriqueCôte d’Ivoireportraits

Akissi Kouamé, la première femme générale dans l’armée ivoirienne

Le brigadier-général Akissi Kouamé (née le 1er janvier 1955) est un officier de l’armée ivoirienne. Elle a rejoint le service médical de l’armée en 1981, alors qu’elle était encore étudiante en médecine. Kouamé est devenue la première femme de l’armée à se qualifier en tant que parachutiste et en 2012, elle est devenue la première femme générale dans l’armée ivoirienne.

Kouamé est née le 1er janvier 1955 à Singrobo, Tiassalé en Côte d’Ivoire et était l’un des dix enfants de ses parents.  Elle est mariée à Lebahy Kouamé et a deux enfants. Kouamé a été présidente de l’Association ivoirienne des femmes cadres supérieurs de la santé  et présidente de la Mutuel de Dévelopment de Singrobo. Elle est membre fondatrice du réseau ivoirien des femmes leaders . Elle a créé la Fondation General Akissi  pour fournir des infrastructures dans les villages reculés et soutenir l’éducation des femmes et des enfants.

Kouamé a fait ses études  dans une école dirigée par des religieuses et au lycée Sainte-Marie d’Abidjan avant d’étudier la médecine à l’Université d’Abidjan. Le 10 janvier 1981, dans sa cinquième année d’école de médecine, elle a rejoint l’armée ivoirienne et de juillet à septembre a suivi une formation de base à l’école des forces armées de Bouaké.  Kouamé a été l’une des cinq premières femmes officiers à rejoindre l’armée.

Elle a obtenu son doctorat en médecine le 23 juin 1983 et a ensuite fréquenté l’Académie de formation des officiers jusqu’en juillet, date à laquelle elle a été nommée lieutenant. En août, elle a obtenu son brevet de  parachutiste au camp militaire d’Akouédo, devenant ainsi la première femme de l’armée à y parvenir. De 1983 à 1985, Kouame a été commandant adjoint de l’un des centres médicaux de l’armée. Pendant qu’elle occupait ce poste, elle a été, le 1er septembre 1984, promue au grade de capitaine.

En 1985, Kouamé a été nommé chef du département militaire de gynécologie et d’obstétrique.  Elle a étudié pendant cinq ans pour obtenir un certificat de compétence en techniques d’échographie gynécologique à l’Université d’Abidjan et à Brest, France. Elle a suivi une série de formations en santé génésique et en soins pour les  patients atteints du VIH / SIDA au Bureau national de la famille et de la population en Tunisie en 1991, 1995 et 1998. Le 1er juillet 1992, Kouamé a été promu au grade de commandant. Elle a reçu une formation en gestion des ressources de santé pour les pays en développement à l’Université libre de Bruxelles en 1995. En 1996, elle a été formée à l’enseignement de la santé et à la communication sociale à l’Université de Liège et le 1er octobre a été promue lieutenant-colonel et nommée coordinatrice de la santé reproductive dans les forces armées. Dans ce rôle, Kouamé a initié la nomination de sages-femmes au service de santé de l’armée. De 1997 à 1998, elle a été au Centre de Diagnostic et de Recherche sur le SIDA à Abidjan.

De 1998 à 2000, Kouamé a été chef de la médecine préventive au service de santé de l’armée. De 2004 à 2012, elle a dirigé le centre de dépistage volontaire du VIH de l’armée et pendant cette période a été, le 1er avril 2006, promue au grade de colonel et le 2 août 2010 au grade de colonel principal. Le 18 janvier 2012, elle a été nommée directrice de la santé et de l’action sociale dans les forces armées, première femme à occuper ce poste. Le 6 août 2012, Kouamé a été promue au grade de général de brigade par le président ivoirien Alassane Ouattara, devenant ainsi la première femme officier général de l’histoire de l’armée ivoirienne. À la fin de 2012, elle a présidé le Congrès panafricain de médecine militaire.

Articles Similaires

Close