AfriqueGhanaLes Royaumes et Empires africains

Osei Kofi Tutu I, roi légendaire du Royaume Ashanti

Osei Kofi Tutu I (c.1660-c.1717) était l’un des fondateurs de l’empire Ashanti, aidé par Okomfo Anokye, son grand prêtre et parent éloigné. Les Asante (ou Ashanti) sont un groupe ethnique Akan d’Afrique de l’Ouest. Osei Tutu a mené une alliance d’États Asante contre l’hégémonie régionale, le Denkyira, les battant complètement. Puis, par la force des armes et de la diplomatie, il a incité les dirigeants des autres cités-états d’Asante à déclarer allégeance à Kumasi, sa capitale. Tout au long de sa carrière, il a été politiquement conseillé par Anokye, un clerc dont l’autorité spirituelle sur le peuple l’a aidé à fonder l’empire Ashanti.

Il a gouverné l’État de Kumaseman entre 1680 / 1695-1701 (il était définitivement Kumasehene en 1695) et il a dirigé l’Empire Ashanti de la fin de 1701 à 1717.

L’Empire d’Asante a été officiellement formé en 1701 et Osei Tutu a été couronné Asantehene (roi de tous les Ashanti). Il occupera ce poste jusqu’à sa mort en 1717 dans une bataille contre les Akyem. Osei Tutu était le quatrième dirigeant de l’histoire royale d’Asante, succédant à son oncle Obiri Yeboa. Les Asante constituent le plus grand contingent de peuples de langue akan twi. Les sociétés Akan sont matrilinéaires. L’héritage, la succession et le statut sont déterminés linéairement. Osei Tutu appartenait à l’Oyoko Abusua (lignage de sa mère selon la tradition).

Au milieu du XVIe siècle, les migrations précédentes des groupes Abusua ont abouti au développement d’un certain nombre d’États Akan dans un rayon de 50 kilomètres de Kumasi. La concentration dense d’états dans cette zone limitée était principalement due au fait que la région était une source connue d’or et de kola; deux routes commerciales importantes – l’une depuis Djenne et Tombouctou dans l’ouest du Soudan et l’autre depuis le Hausaland – servaient la région. Tous ces États étaient dominés par la Denkyira. Au milieu du XVIIe siècle, le dernier des groupes Abusua, les Oyoko Abusua, est arrivé.

Exploitant la haine mutuelle des Abusua pour leur oppresseur, Osei Tutu et son prêtre-conseiller Okomfo Anokye ont réussi à fusionner ces États dans l’Union Asante. Il s’agit d’un processus politique et culturel soigneusement orchestré, mis en œuvre par étapes successives.

Premièrement, l’union a été spirituellement créée par le tabouret d’or, invoqué par Okomfo Anokye depuis le ciel, et expliquée comme l’incarnation de l’âme du peuple Asante. Le dirigeant – en substance, le chef religieux et politique – et l’occupant du tabouret d’or devaient être connus sous le nom d’Asantehene et être par la suite choisis dans la lignée d’Osei Tutu et d’Obiri Yeboa.

Ensuite, Kumasi a été choisie comme capitale de l’Union Asante, et Osei Tutu était maintenant à la fois le Kumasihene et l’Asantehene. Le Festival d’Odwira a été inauguré. Établi comme une célébration annuelle et commune à laquelle tous les États membres ont participé, il a servi de force unificatrice pour la nation. Au Festival d’Odwira, les différends entre les chefs ont été réglés. L’Asantehene était le seul autorisé à s’asseoir sur le tabouret d’or parce qu’il était celui choisi par les ancêtres.

Osei Tutu, assisté d’Okomfo Anokye, a élaboré une nouvelle constitution pour l’Union. L’Asantehene, qui était aussi le Kumasihene, était à sa tête, les rois des États de l’union formant la Confédération ou Conseil de l’Union. Alors que le pouvoir de l’Asantehene n’était pas absolu, Osei Tutu jouissait d’un pouvoir despotique important. Il n’était pas seulement le chef de la direction, mais techniquement aussi le prêtre en chef – bien qu’en pratique l’Asantehene s’en remettra aux prêtres réels. Sa qualité de grand prêtre signifiait qu’il n’avait jamais besoin de maintenir de grandes armées permanentes pour contrôler son peuple comme les princes d’Europe. C’est parce qu’il représentait lui-même non seulement l’État mais aussi la société. Il détenait une sorte d’autorité charismatique dans laquelle attaquer le roi équivaut à attaquer les ancêtres.

L’un des objectifs clés de la formation de l’Union Asante étant de renverser la Denkyira, Osei Tutu a mis un accent fort sur l’organisation militaire de l’Union. Empruntant l’organisation militaire des Akwamu, Osei Tutu a perfectionné l’armée de l’Union en une unité de combat efficace et efficiente. Osei Tutu a utilisé la formation de tenailles dans laquelle les soldats attaquaient de la gauche, de la droite et de l’arrière. Cette formation a ensuite été adoptée par tous les petits États annexés par l’État d’Asante en raison de son succès.

Avec l’Union Asante fermement établie et son organisation militaire en place, Osei Tutu s’est lancé dans des guerres d’expansion et de vengeance.

Après avoir vengé la mort de son oncle aux mains des Dormaa et envahi certains États récalcitrants, Osei Tutu s’est concentré sur la Denkyira. En 1701, la défaite absolue des royaumes voisins, attira pour la première fois l’Asante à l’attention des Européens sur la côte. La victoire a brisé l’emprise de ces royaumes sur la voie commerciale vers la côte et a ouvert la voie à l’Asante pour accroître le commerce avec les Européens.

En 1717, Osei Tutu a été tué dans une bataille contre les Akyem. Au début de la lutte, il avait sous-estimé les Akyem parce qu’ils étaient peu nombreux, partant au combat sans ses «amulettes magiques» habituelles, et laissant même une partie de son armure corporelle à Kumasi, sa capitale. Un jour, alors qu’il traversait la rivière Pra en canoë, il a été touché par des balles de tireurs d’élite, qui se cachaient dans la limite forestière dense. Asantehene Osei Tutu meurt quelques minutes après avoir été touché par ces balles. Ses derniers mots furent “Ankah me nim a” (Si seulement je savais), une référence apparente au fait qu’il avait sous-estimé l’Akyem. Jusqu’à aujourd’hui, il est interdit à l’occupant du tabouret d’or de traverser la rivière Pra.

Osei Kofi Tutu I et son conseiller, Okomfo Anokye, ont forgé l’Union Asante à partir d’un certain nombre de différents groupes Abusua qui ont oubliés leurs vieilles rivalités et leur haine pour le bien commun – le renversement de leur oppresseur commun, le Denkyira. Utilisant habilement une combinaison de dogme spirituel et d’habileté politique, et habilement soutenu par des prouesses militaires, Osei Tutu a triplé la taille du petit royaume de Kumasi qu’il avait hérité de son oncle Obiri Yeboa et a jeté les bases de l’empire d’Ashanti.

 

 

Articles Similaires

Close