AfriqueLa DécolonisationportraitsRépublique démocratique du Congo

Patrice Lumumba: plus qu’un homme, un héritage universel

Patrice Emery Lumumba est né le 2 juillet 1925 dans le petit village d’Onalua, dans le nord-est du Kasaï, une province congolaise (unité politique ou région). Au moment de sa naissance, le Congo était encore une colonie (un territoire gouverné par une puissance étrangère) de Belgique. Enfant, Lumumba fréquentait des écoles protestantes puis catholiques dirigées par des missionnaires blancs, c’est-à-dire par des personnes envoyées pour faire un travail religieux ou caritatif au nom de leur église. Dans les écoles de la mission, Lumumba s’est avéré être un bon élève, même si la maison en briques de boue dans laquelle il vivait n’avait pas d’électricité et qu’il ne pouvait pas étudier après la tombée de la nuit. En outre, les écoles de la mission étaient mal équipées, avec peu de manuels ou de fournitures scolaires de base.

Néanmoins, les professeurs de Lumumba ont repéré son intelligence rapide et lui ont prêté leurs propres livres, l’encourageant à avancer. Certains enseignants ont également constaté que son intelligence leur causait des problèmes, estimant qu’il posait trop de questions gênantes.

Jeune homme, Lumumba a trouvé un emploi de commis des postes dans la ville de Stanleyville (maintenant appelée Kisangani) en 1954. Là, il est rapidement devenu chef de communauté et a organisé un syndicat des travailleurs et travailleuses des postes. Ses activités ont été encouragées par des membres locaux du parti politique libéral belge.

En 1957, après avoir été nommé directeur des ventes d’une brasserie, Lumumba quitte Stanleyville pour la capitale du Congo, Léopoldville (aujourd’hui appelée Kinshasa). Là, il s’est rapidement impliqué dans un important projet politique. Il a aidé à fonder le parti politique du Mouvement national congolais (MNC), qui visait à représenter tous les Congolais, plutôt qu’à ne représenter que les intérêts d’une tribu ou d’une région particulière. La personnalité passionnante de Lumumba et ses talents de conférencier lui ont rapidement valu une place importante dans ce parti.

En 1959, les autorités belges ont annoncé un nouveau plan pour le Congo. Ils ont proposé d’organiser des élections locales qui mèneraient dans cinq ans à la pleine indépendance congolaise. Au cours de cette année, Lumumba a été reconnu comme la seule figure véritablement nationale sur la scène politique congolaise. Sa personnalité persuasive et attrayante a dominé la réunion politique appelée le Congrès de Luluabourg en avril 1959, au cours de laquelle tous les groupes politiques qui ont favorisé une forme de gouvernement unitaire pour le Congo; un gouvernement qui unirait les tribus et les régions en une seule nation – ont tenté d’établir un front commun. Cependant, la réputation croissante de Lumumba et ses opinions apparemment radicales ont provoqué l’hostilité parmi les autres dirigeants du MNC. Le résultat de ce désaccord a été une scission du parti en juillet 1959. La plupart des fondateurs du parti ont soutenu Albert Kalonji en tant que leur représentant, tandis que Lumumba a conservé la loyauté de la plupart des autres membres du parti.

Lumumba a été brièvement emprisonné en novembre 1959 pour avoir encouragé le déclenchement d’émeutes à Stanleyville, mais il a été libéré à temps pour assister à la table ronde à Bruxelles, en Belgique. Le gouvernement belge avait demandé que cette conférence soit un forum dans lequel tous les partis politiques congolais pourraient discuter des plans pour l’avenir de leur pays. Lors de la conférence, la présence de Lumumba a volé la vedette aux autres dirigeants congolais. Ses efforts tout au long de cette période ont été dirigés plus fermement que ceux de tout autre politicien congolais vers l’organisation d’un mouvement national pour un Congo indépendant.

Aux élections générales de mai 1960, Lumumba et ses alliés ont remporté 41 des 137 sièges de l’Assemblée nationale (la législature du Congo). Ils ont également obtenu des postes importants dans quatre des six gouvernements provinciaux. En tant que leader du plus grand parti, Lumumba a été choisi à contrecœur par les Belges pour devenir le premier Premier ministre (et ministre de la Défense) du Congo une semaine avant l’indépendance. Le rival politique de longue date de Lumumba, Joseph Kasavubu, est devenu président de la République avec le soutien apparent de Lumumba.

Pendant son bref séjour au pouvoir, Lumumba a dû faire face à un nombre inhabituellement élevé d’urgences soudaines. Il s’agit notamment de la révolte de l’armée et de la sécession (retrait officiel du Congo) des provinces du Katanga et du sud du Kasaï, qui avaient été encouragées par les intérêts belges et les forces militaires. Lumumba s’est tourné vers les Nations Unies (ONU) pour obtenir son soutien, mais a découvert qu’elle n’avait aucune intention d’accepter sa définition de ce qui était le mieux pour le Congo. Il a insisté pour s’opposer à l’utilisation de toute force pour modifier la situation. Désespérée, Lumumba a demandé le soutien de l’Union soviétique pour entreprendre une action militaire contre les gouvernements sécessionnistes du Kasaï du Sud et du Katanga. Il a été arrêté dans cette tentative lorsque le président Kasavubu l’a démis de ses fonctions en septembre 1960.

L’Assemblée nationale a remis Lumumba au pouvoir en tant que Premier ministre, mais un petit groupe de l’armée, dirigé par le colonel Mobutu, a plutôt pris le pouvoir. Lumumba a été placé en résidence surveillée non officielle (séquestration à son domicile). Pendant ce temps, ses associés politiques étaient allés à Stanleyville pour organiser un gouvernement rival. Lumumba s’est échappé de la capitale et a tenté de se diriger vers Stanleyville, mais il a été arrêté par une patrouille de l’armée et détenu dans un camp militaire à Thysville (aujourd’hui Mbanza-Ngungu).

Même après son emprisonnement, la réputation de Lumumba et la force de ses partisans sont restées une menace pour les nouveaux dirigeants instables du Congo. Cela a été démontré lorsque Lumumba a presque réussi l’exploit incroyable de persuader ses geôliers militaires de l’aider à reprendre le pouvoir. Cet incident n’a fait que renforcer le projet des autorités de la capitale de se débarrasser de Lumumba. Ils ont fomanté un plan pour le transférer dans l’un des États sécessionnistes du Kasaï du Sud ou du Katanga (où il était sûr d’être exécuté) comme un moyen possible de se réconcilier avec ces deux régions séparatistes. Le 18 janvier 1961, Lumumba a été transporté par avion à Elisabethville (aujourd’hui Lubumbashi), la capitale du Katanga. Là-bas, malgré la présence de troupes onusiennes, il a été récupéré par un petit groupe dirigé par le ministre de l’Intérieur du Katanga et comprenait des mercenaires blancs (soldats professionnels embauchés par une armée étrangère). Il a été emmené dans une maison voisine et assassiné.

Le gouvernement du Katanga a fait des tentatives maladroites pour dissimuler le meurtre, mais les ondes de choc causées par le meurtre ont voyagé à travers le monde. Ils ont créé suffisamment de pression internationale pour amener le Conseil de sécurité de l’ONU à autoriser le recours à la force en dernier recours par les forces de l’ONU au Congo. Cette décision a provoqué des événements qui ont conduit à la restauration d’un gouvernement civil à Léopoldville et à la fin éventuelle de tous les mouvements armés des régions séparatistes du Congo.

Prise de Patrice Émery Lumumba (2 juillet 1925 – 17 janvier 1961) Leader de l’indépendance congolaise et premier Premier ministre démocratiquement élu de la République du Congo. (Photo: Universal History Archive / Universal Images Group via Getty Images)

En outre, le meurtre tragique de Lumumba l’a élevé au rang de héros dans le monde entier. Cependant, Lumumba reste surtout connu comme un fervent panafricaniste qui croyait au pouvoir des nations africaines de façonner leur propre destin et de se libérer de l’influence coloniale.

 

 

Articles Similaires

Close