AfriqueBénin

Les Amazones du Dahomey

Les Amazones du Dahomey ou Mino, qui signifie «nos mères», étaient un régiment militaire entièrement féminin du royaume du Dahomey dans l’actuelle République du Bénin qui a duré jusqu’à la fin du XIXe siècle. Elles ont été ainsi nommés par les observateurs et les historiens occidentaux en raison de leur similitude avec les Amazones mythiques de l’Anatolie antique et de la mer Noire.

Le roi Houegbadja (qui a régné de 1645 à 1685), le troisième roi du Dahomey, aurait fondé à l’origine le groupe qui allait devenir les Amazones en tant que corps de chasseurs d’éléphants appelé le gbeto.

La fille de Houegbadja, la reine Hangbe (qui a régné de 1708 à 1711) a établi une garde royale entièrement composée de femmes. Les marchands européens avaient enregistré leur présence. Selon la tradition, son frère et successeur, le roi Agaja, les a utilisés avec succès lors de la victoire du Dahomey contre le royaume voisin de Savi en 1727. Le groupe de femmes guerrières était appelé Mino (ce qui signifie «Nos mères» en langue fon) par l’armée masculine du Dahomey. D’autres sources contestent l’affirmation selon laquelle la sœur aînée du roi Agaja, la reine Hangbe, était le souverain qui a établit le corps d’armée des Amazones; certaines personnes allant même jusqu’à mettre en doute l’existence la reine Hangbe.

Depuis l’époque du roi Ghezo (au pouvoir de 1818 à 1858), le Dahomey est devenu de plus en plus militariste. Ghezo accordait une grande importance à l’armée, augmentant son budget et officialisant sa structure de cérémonie à une armée sérieuse. Alors que les récits européens se réfèrent aux femmes soldats comme des « Amazones », elles s’appelaient ahosi (les épouses du roi) ou Mino (nos mères).

Ghezo a recruté des hommes et des femmes soldats pour la plupart des captifs étrangers; bien que des femmes soldats aient également été recrutées parmi des femmes dahoméennes libres, certaines recrutées dès l’âge de 8 ans.  D’autres témoignages indiquent que les Mino ont été recrutés parmi les ahosi («épouses du roi»), dont il y avait souvent des centaines. Certaines femmes de la société Fon sont devenues soldats volontairement, tandis que d’autres ont été enrôlées de force sur demande de leurs maris ou de leurs pères quand ceci se plaignaient de leur comportement de ces dernières.

L’appartenance au Mino était censée affiner tous les traits de caractère agressifs à des fins de guerre. Pendant leur adhésion, elles n’étaient pas autorisés à avoir des enfants ou à avoir une vie conjugale (bien qu’ils soient légalement mariés au roi). Beaucoup d’entre elles étaient vierges. Le régiment avait un statut semi-sacré, qui était étroitement lié à la croyance Fon au Vodou.

Les Mino apprenaient les techniques de survie et l’indifférence à la douleur et à la mort, prenant d’assaut les défenses à l’épine d’acacia lors d’exercices militaires et exécutant des prisonniers. La discipline était de rigueur.

Servir dans le Mino a offert aux femmes la possibilité de «s’élever à des postes de commandement et d’influence». Les Mino étaient souvent riches et avaient un statut élevé.

Les Mino ont joué un rôle de premier plan au Grand Conseil, débattant de la politique du royaume. Des années 1840 aux années 1870, elles ont généralement soutenu la paix avec Abeokuta et le renforcement des relations commerciales avec l’Angleterre, favorisant le commerce de l’huile de palme au détriment de celui des esclaves; cela les a mis en désaccord avec leurs collègues militaires masculins.

Les femmes soldats étaient rigoureusement entraînées et recevaient des uniformes. Au milieu du 19e siècle, elles étaient entre 1 000 et 6 000 femmes, soit environ un tiers de toute l’armée du Dahomey.

L’armée des femmes se composait d’un certain nombre de régiments: chasseresses, carabinières, moissonneuses, archers et artilleurs. Chaque régiment avait des uniformes, des armes et des commandants différents.

Les troupes des Amazones du Dahomey ont été dissoutes lorsque le royaume est devenu un protectorat français. La tradition orale affirme que certaines amazones survivantes sont restées secrètement à Abomey par la suite, où elles ont assassiné discrètement un certain nombre d’officiers français. 

Certaines amazones  se sont mariées et ont eu des enfants, tandis que d’autres sont restées célibataires. Selon un historien qui a retracé la vie de près de deux douzaines d’ex-amazones, toutes les femmes ont affiché des difficultés à s’adapter à la vie de guerrières à la retraite, luttant souvent pour trouver de nouveaux rôles dans leurs communautés.

Entre 1934 et 1942, plusieurs voyageurs britanniques à Abomey ont rencontré d’anciennes amazones, devenues de vieilles femmes qui filaient du coton ou assises à ne rien faire. La dernière survivante des Amazones du Dahomey serait une femme nommée Nawi. Dans une interview accordée en 1978 à un historien béninois, Nawi a affirmé avoir combattu les Français en 1892. Nawi est décédée en novembre 1979, à plus de 100 ans.

 

Articles Similaires

Close