AfriqueportraitsSierra Leone

Foday Sankoh, la terreur de la Sierra Leone

Foday Saybana Sankoh  est le fondateur du groupe rebelle sierra-léonais Revolutionary United Front (RUF), soutenu par le NPFL dirigé par Charles Taylor au cours de la guerre civile en Sierra Leone, qui a duré 11 ans et a commencé en 1991 et se terminant en 2002. On estime que 50 000 personnes ont été tuées pendant la guerre et plus de 500 000 personnes ont été déplacées dans les pays voisins.

Foday Sankoh est né le 17 octobre 1937, dans le village isolé de Masang Mayoso, dans le district de Tonkolili, dans le nord de la Sierra Leone, d’un père ethnique Temne et d’une mère Loko. Sankoh était le fils d’un fermier.

 

Sankoh a fréquenté l’école primaire et secondaire à Magburaka, district de Tonkolili et a occupé un certain nombre d’emplois à Magburaka avant de rejoindre l’armée de la Sierra Leone en 1956. Il a suivi une formation au Nigéria et au Royaume-Uni. En 1971, alors caporal dans l’armée sierra-léonaise, il a été retiré du corps des transmissions de l’armée et emprisonné pendant sept ans à la prison de Pademba Road à Freetown pour avoir participé à une mutinerie.

La photo du 30 novembre 1996 montre le président sierra-léonais Ahmad Tejan Kabbah (L) et Foday Sankoh, chef du Front révolutionnaire uni rebelle (RUF), se serrant la main à Abidjan sous les yeux du président ivoirien Henri Konan Bedie (C). M. Sankoh a rencontré les ministres des Affaires étrangères du Togo et de la Côte d’Ivoire à Conakry, la capitale guinéenne, le 12 janvier et a exprimé sa « volonté de paix » en Sierra Leone qui a été ravagée par de violents combats depuis que le RUF a envahi la capitale Freetown mercredi dernier. (Le crédit photo doit se lire ISSOUF SANOGO / AFP via Getty Images)

À sa libération, il a travaillé comme photographe itinérant dans le sud et l’est de la Sierra Leone, pour finalement entrer en contact avec de jeunes radicaux.

Sankoh et ses confédérés Rashid Mansaray et Abu Kanu ont sollicité le soutien d’un soulèvement armé pour évincer le gouvernement APC. Ils se sont ensuite rendus au Libéria, où ils auraient continué de recruter et ont servi avec le Front patriotique national du Libéria (NPFL) de Charles G. Taylor.

Le 23 mars 1991, le RUF, dirigé par Foday Sankoh et soutenu par Charles Taylor, a lancé sa première attaque dans des villages du district de Kailahun, dans la province orientale de la Sierra Leone, riche en diamants.

Le RUF est devenu célèbre pour ses pratiques brutales telles que les viols massifs et les amputations pendant la guerre civile. Sankoh a personnellement ordonné de nombreuses opérations, dont une appelée « Opération Pay Yourself » qui a encouragé les troupes à piller tout ce qu’elles pouvaient trouver. Après s’être plaint de telles tactiques, Kanu et Mansaray ont été sommairement exécutés.

En mars 1997, Sankoh s’est enfui au Nigéria, où il a été assigné à résidence puis emprisonné. De cette époque jusqu’à la libération de Sankoh en 1999, Sam Bockarie a exercé la fonction de directeur des opérations militaires du RUF. Pendant la guerre de dix ans, Sankoh a rompu plusieurs promesses d’arrêter les combats, notamment l’accord de paix d’Abidjan et l’accord de paix de Lomé signé en 1999. Finalement, le Royaume-Uni et l’ECOMOG sont intervenus avec leurs propres forces militaires, limitées en nombre  mais professionnelles, et le RUF a finalement été écrasé.

Sankoh a ensuite été arrêté le 17 mai 2000 après que ses soldats aient abattu un certain nombre de manifestants, tuant 19 personnes, dont le journaliste Saoman Conteh, devant son domicile de Freetown le 8 mai 2000. Son arrestation a conduit à des célébrations massives dans toute la Sierra Leone.

Sankoh a été remis aux Britanniques. Sous la juridiction d’un tribunal sous l’égide de  l’ONU, il a été inculpé de 17 chefs d’accusation pour divers crimes de guerre, y compris l’utilisation d’enfants soldats et des crimes contre l’humanité, y compris l’extermination, l’asservissement, le viol et l’esclavage sexuel.

Après 22 mois de détention, il est apparu comme l’ombre de lui-même.

Au cours d’une audience, il a éclaté de rire sans explication et s’est dit « surpris que je subisse un procès parce que je suis le leader du monde ».

Sankoh est décédé à l’hôpital des complications d’un accident vasculaire cérébral en attendant son procès dans la nuit du 29 juillet 2003. Dans un communiqué du tribunal des crimes de guerre , le procureur en chef David Crane a déclaré que la mort de Sankoh lui avait accordé « une fin pacifique qu’il a refusée à tant d’autres ». Il a été enterré dans sa ville natale de Magbruka, dans la province septentrionale de la Sierra Leone.

 

Articles Similaires

Close