AfriqueCôte d’IvoireGhanaLes Royaumes et Empires africains

L’histoire du Peuple Akan

Le nom Akan, selon le célèbre historien ghanéen ,Joseph Kwame Kyeretwie Boakye Danquah, signifie ” premier, authentique ” et provient du mot “kan” qui dénote du caractère primordiale d’une chose. Akan est la forme corrompue d’Akane ou Akana, utilisé par les premiers Arabes du Soudan et les premiers Européens qui ont visité la côte de Afrique de l’Ouest. Les représentants les plus connus de la race Akan sont les Ashanti, Fanti, Akim, Akuapim, Assin et plusieurs des races actuellement parlant le Twi de la Gold Coast et aussi des peuples de Côte d’Ivoire comme les Baoulés ou les Agnis. Les Akans ont une riche variété de dialectes qui sont liés et partagé dans divers degrés de vocabulaire et d’autres éléments linguistiques. Ces dialectes mutuellement intelligibles comprennent Asante, Akuapen, Akwamu, Fante, Akyem, Agona, Assin, Denkyira, Twifo, Wassaw, Kwahu, Bron et Buem. L’utilisation par certains érudits du nom Akan, pour faire référence aux langues parlées par divers groupes, coïncide plus ou moins avec l’utilisation ethnographique du nom Akan.

Il n’y a pratiquement pas de consensus sur l’origine du peuple Akan. Certaines suggestions suggèrent que les Akans peuvent provenir de certaines parties du Soudan, de l’ancien empire du Mali, du Burkina Faso et même de la Mésopotamie où ils avaient des liens étroits avec Israël. L’inclinaison de la majorité des chercheurs est orientée vers la partie sud de la région saharienne, qu’elle soit identifiée avec les anciens empires du Ghana ou du Mali. les différents groupes Akan ont eu lieu.

L’opinion générale est que le peuple Akan a migré vers les bords sud des forêts de ce qui est maintenant le Ghana à partir d’une large bande de territoire à l’extrémité sud du désert du Sahara connu sous le nom de Sahel.

Cette migration a eu lieu vers le XIe siècle après JC, au cours d’une période où le royaume du Vieux Ghana a été considérablement affaibli par un conflit dévastateur avec les Almoravides. Il existe une opinion selon laquelle il ne s’agissait pas d’une migration de masse, mais d’un filet général de petits groupes – des familles – arrivant dans la région et parlant déjà une langue qui était généralement similaire à celle des habitants. Lorsque le vieux Ghana est tombé, l’État commercial de Bonoman a été créé par le peuple Abron. Créé dès le XIIe siècle, il était situé au nord de la rivière Beresu (Sene). Son territoire se trouvait immédiatement au nord du royaume ghanéen Asante (créé plus tard). Bonoman s’est nourri du boom aurifère qui a suivi dans la région, élargissant la zone sous son contrôle assez rapidement.

Dans diverses vagues, les groupes Akan ont migré loin de Bonoman pour fonder leurs propres états mineurs qui ont également basé leur prospérité sur l’extraction de l’or. Ils ont commencé à défricher des zones de la forêt afin de pouvoir cultiver des cultures vivrières, permettant à leur population de gagner en nombre. L’agriculture a prospéré, produisant de la richesse, et certaines des communautés Akan ont fusionné avec le temps en petits États et en royaumes mineurs. Au moins deux de ces nouveaux royaumes sont devenus importants – ceux d’Akwamu au sud et de Denkyira dans la zone centrale ouest du territoire Akan. Un troisième État – Kwaaman – était le produit d’un conflit continu entre les autres. Aujourd’hui, les Akan peuplent principalement le Ghana et la Côte d’Ivoire en Afrique de l’Ouest, constituant le plus grand regroupement au sein de chaque nation.

Kwaaman (autrement connu sous le nom d ‘«État de Kwaaman») était un petit État de clan fondé par le peuple Akan, au cœur des forêts de l’actuel Ghana en Afrique de l’Ouest. Il faisait partie d’une mosaïque de communautés Akan qui à cette époque fusionnaient en royaumes mineurs naissants après la migration de Bonoman. Au moins deux de ces nouveaux royaumes mineurs, Akwamu dans le sud et Denkyira (prononcé Dench-ii-ra, et autrement connu sous le nom de Denkyera) dans le centre-ouest du territoire d’Akan, sont devenus proéminents et puissants. Pendant environ un siècle et demi, Denkyira a pris le dessus dans le centre du Ghana car elle avait les meilleures réserves d’or, et l’or signifiait pouvoir, tandis qu’Akwamu a étendu son propre territoire vers l’est, vers le sud du Togo et jusqu’au Bénin.

Les origines de Kwaaman sont, comme d’habitude pour cette période et cette région, presque entièrement obscures, tout comme celles d’Akwamu et de Denkyira. Il semble avoir commencé comme une petite colonie par l’un des derniers groupes de migrants Akan à arriver. Tous les migrants avaient déjà commencé à défricher des zones de la forêt et à s’adonner aux cultures vivrières, permettant à leur nombre d’augmenter. Ils avaient besoin de plus de main-d’œuvre pour défricher d’autres zones de la forêt, alors ils ont pris des esclaves pour les aider. L’agriculture a prospéré, produisant de la richesse.

Seules quelques dirigeants de Kwaaman sont connus. Toute autre chose à leur sujet est en grande partie le produit de la tradition orale et doit être considérée avec suspicion. Même l’existence du grand roi Akan, Osei Tutu, ne peut être confirmée par des preuves historiques. Le soutien apporté par Akwamu a aidé cet État clan mineur à prospérer en le protégeant de Denkyira. Selon la tradition, vers la fin du XVIIe siècle, Okomfo Anokye, prêtre en chef d’Osei Tutu, a planté deux arbres dans la forêt et prédit qu’un arbre vivrait et deviendrait la capitale du royaume Asante. Un arbre a vacillé et est mort pendant que l’autre, à Kwaaman, résista au temps et on lui a donné le nom de ‘Kumasi’, qui signifie soit ‘l’arbre qui a vécu’ ou qui dérive de ‘Kum-ase’, qui signifie ‘sous Kum’, arbre sous lequel le roi et son peuple étaient souvent assis.

Les voisins de Denkyira commencent à se regrouper sous la direction d’Osei Tutu, largement protégé par Akwamu. La destruction subséquente de Denkyira en tant que puissance dirigeante donne naissance au royaume Asante sous Osei Tutu. Il forme une capitale à Kumasi et lui et ses successeurs règnent en tant qu’asantehene, le roi de tous les Asante. Ils utilisent leur nouvelle richesse pour assurer des expositions d’or proéminentes comme symbole de leur emprise sur le pouvoir. Les États voisins auparavant indépendants sont progressivement intégrés dans le royaume en expansion. Leurs chefs sont faits sujets, et leurs territoires sont faits régions du nouveau royaume. Les guerriers ennemis captifs sont réduits en esclavage et mis à contribution pour nourrir l’économie et contribuer à l’expansion du royaume.

Plusieurs migrations de peuples Akan auront lieu le siècles suivant dont la plus importante est la migrations des peuples baoulé et agni du Ghana vers la Côte d’Ivoire.

Articles Similaires

Close