Diaspora AfricaineL'esclavageMondeportraits

Omar ibn Said ou la foi indestructible d’un esclave.

Omar ibn Said est né à Fouta Toro, comme Ayuba Suleiman Diallo, vers 1770. Selon sa propre description, ibn Said était «un esclave  Fullah», qui vivait à Fayetteville, en Caroline du Nord. Son autobiographie, écrite en 1831, n’était pas sa seule œuvre en arabe, mais c’est la seule autobiographie connue en langue arabe écrite par une personne asservie aux États-Unis. Bien qu’il soit bref, le récit d’Omar englobe ses années avant l’asservissement et certains de ses procès par la suite.

À Fouta Toro, Omar a reçu vingt-cinq années de scolarité, presque certainement axées sur le Coran et son interprétation. Aux mains d’une armée d’invasion, il a été capturé et a été vendu à « un chrétien » en 1807. Le navire négrier a livré Omar et les autres captifs à Charleston, en Caroline du Sud, où il a été acheté par quelqu’un qu’il l’a décrit comme un «petit homme mauvais» qui l’a mis au travail dans une rizière. Il a grogné sous le travail  et s’est échappé de la plantation. Il s’est enfui vers le nord, mais a été capturé et livré à la prison de Fayetteville, en Caroline du Nord. Il a rapidement attiré l’attention en écrivant en arabe sur les murs de sa cellule.

Finalement, il a été acheté par un politicien local qui, selon Omar, « ne me bat pas, ne me traite pas de mauvaise réputation, ni ne me soumet à la faim, à la nudité ou au travail acharné ». Contrairement à Ayuba Suleiman Diallo, Omar n’a pas obtenu son liberté – il mourut esclave en 1864. Pourtant, l’attention apportée par sa foi et son érudition le plaça dans une situation qui le déchargea des travaux forcés. Selon un récit, son nouveau propriétaire lui a fait confiance et l’a bien traité.

Tard dans sa vie, Omar a écrit une brève autobiographie en arabe. Alors qu’il prétendait avoir embrassé le christianisme, ses divers écrits laissent sa foi ouverte à certaines spéculations. Au début de son autobiographie, par exemple, il a inclus un verset du Coran qui affirme la propriété d’Allah sur le monde. Il a également offert des écrits en arabe aux sympathisants et aux visiteurs curieux qui, selon lui, étaient des prières chrétiennes, mais en fait des prières musulmanes ou des citations du Coran. Omar ibn Said montre un exemple des types de diversité religieuse et culturelle qui existaient dans le monde atlantique.

Articles Similaires

Close