AfriqueBurkina FasoCôte d’IvoireGuinéeSénégal

L’histoire des tirailleurs sénégalais ou pour dire “mieux”, des les tirailleurs africains

A l’occasion de la commémoration du 75e anniversaire du débarquement de Provence ( qui a eu lieu en 1944), histoire.ci a décidé de dédier cet article aux combattants africains ayant participés aux opérations militaires françaises durant les 2 guerres mondiales.

Les tirailleurs sénégalais sont des troupes de l’armée coloniale française qui se sont battues aux côtés des Français au cours des deux guerres mondiales et au cours de nombreuses opérations de conquête, de police et de contre-insurrection coloniales. Malgré leur nom, les Tirailleurs Sénégalais étaient composés de soldats recrutés  dans toute l’Afrique coloniale française et pas seulement au Sénégal. 

Les Tirailleurs Sénégalais  ont été créés en 1857 en tant que premières unités permanentes de soldats africains noirs sous domination française. De 1857 à 1905, les Tirailleurs Sénégalais étaient avant tout une force mercenaire composée d’esclaves et d’africains de bas rang social. Le système de rachat  d’esclaves a été utilisé par les Français pour obtenir des soldats et, bien que la pratique ait officiellement pris fin en 1882, les tactiques coercitives similaires à l’achat d’esclaves continuaient encore.
La création de la Fédération de l’Afrique de l’Ouest en 1905 a amorcé la transition du régime militaire au régime civil, mais un nombre croissant de troupes africaines était nécessaire durant cette période pour assurer le maintien de l’ordre, combattre les forces de résistance et servir de garnison. Les Tirailleurs Sénégalais ont également participé à la conquête du Maroc au début des années 1900. En 1912, une nouvelle loi sur la conscription partielle a été adoptée.

Au début de la Première Guerre mondiale, de nombreux soldats tirailleurs sénégalais ont été amenés au front en France et ont participé à plusieurs batailles importantes, comme à la bataille de Vimy et de la Somme. Pendant un certain temps, ils ont également fusionné avec des soldats américains noirs dans les tranchées. Les troupes ouest-françaises françaises participant à la Première Guerre mondiale comptaient environ 170 891 hommes, dont environ 30 000 ont été tués. Au Sénégal seulement, plus d’un tiers de tous les hommes en âge de servir ont été mobilisés.

À la suite de la Première Guerre mondiale, la loi sur la conscription de 1919 en Afrique occidentale française préconisait la conscription universelle des hommes en temps de paix et de guerre. Des centaines de milliers de personnes ont servi dans les Tirailleurs Sénégalais lors des guerres coloniales de cette période, ainsi que dans les réserves et les brigades de travail.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la France a de nouveau utilisé les troupes des Tirailleurs sénégalais, cette fois encore en plus grand nombre. En 1940, les troupes africaines constituaient environ 9% de l’armée française. Les Français ont recruté plus de 200 000 Noirs africains pendant la guerre. Environ 25 000 personnes ont été tuées au combat. Beaucoup ont également été internés dans des camps de travail allemands et des milliers de prisonniers de guerre noirs africains ont été assassinés par la Wehrmacht en 1940. Contrairement à la Première Guerre mondiale, des troupes africaines ont été intégrées à des unités militaires françaises. Mais lorsque la victoire fut proche pour les forces françaises libres, de Gaulle ordonna un «blanchiment» des troupes et remplaça 20 000 Africains sur le front par des Français blancs.

Après la libération française, des militaires africains ont été regroupés dans des centres français pour attendre leur retour. Cependant, ils ont été victimes de traitements discriminatoires et de pénuries de nourriture, de logements et d’autres ressources. En décembre 1944, lors d’une manifestation dans le camp de Thiaroye au Sénégal impliquant le premier groupe d’ex-prisonniers de guerre renvoyés en Afrique de l’Ouest, 35 Africains ont été tués, des centaines de blessés et de nombreuses personnes condamnées à des peines d’emprisonnement. Cette manifestation, parfois connue sous le nom de «massacre de Thiaroye», résultait de mauvais traitements infligés par les Français et de leur incapacité à verser des arriérés de salaire.

Après la Seconde Guerre mondiale, une série d’organisations d’anciens combattants ont été créées pour réclamer l’égalité des droits. Beaucoup ont joué des rôles importants dans les mouvements nationalistes. Les tirailleurs sénégalais ont participé de manière controversée à la guerre de contre-insurrection menée par la France en Algérie dans les années 1950, bien que certaines troupes aient protesté contre cette implication.

Articles Similaires

Close