Afrique

L’histoire de l’islam en Afrique

A l’occasion de la fête de Tabaski (Aïd al-Adha) célébrée presque partout en ce jour, j’ai décidé de publier cet article sur les origines de l’Islam sur le continent africain. 

La présence de l’islam en Afrique remonte au 7ème siècle de notre ère. Quand, à Rajab en l’an 8 avant l’hégire (pour respecter la tradition islamique) ou en Mai 614 de notre ère, le prophète Muhammad conseilla à un certain nombre de ses premiers disciples, menacés de persécution par les habitants polythéistes de la Mecque, de chercher refuge de l’autre côté de la mer Rouge à Axoum (sur le continent africain). Dans la tradition musulmane, cet événement est connu sous le nom de première hijrah, ou migration. Vingt-trois musulmans ont émigré en Abyssinie (Ethiopie actuelle) où ils ont été protégés par le roi, Armah An-Najāshī , qui a par la suite s’est converti à l’islam. Ils ont été suivis par 101 musulmans plus tard dans la même année. La plupart de ces musulmans sont rentrés à Médine en l’an 7 avant l’hégire ou  628 de notre ère, mais certains se sont installés dans la ville voisine de Zeila, qui faisait alors partie de Bilād al-Barbar ( pays du berbère en arabe). Une fois à Zeila, ils construisirent la mosquée Al-Qiblaṫayn (mosquée des deux Qiblahs) en 627 de notre ère. Cette mosquée a deux Qiblas  car elle a été construite avant que le Prophète ne transfère la Qiblah de Jérusalem à La Mecque. Ils auraient également construit la plus ancienne mosquée d’Afrique, à savoir la mosquée des compagnons, dans la ville érythréenne de Massawa.  La qibla de la  mosquée de Massawa pointe  vers Jérusalem, et bien qu’elle ait maintenant presque disparue, des prières occasionnelles sont toujours organisées dans cette mosquée avec correction de la qibla en direction de La Mecque.

En l’an 20 avant l’hégire ou  641 de notre ère, sous le règne du calife Umar ibn al-Khattab, les troupes musulmanes ont pris le contrôle de l’Égypte actuelle et ont conquis la Libye actuelle l’année suivante. Les musulmans se sont ensuite étendus à la Tunisie actuelle en l’an  27 avant l’hégire ou  647 de notre ère, sous le règne du troisième calife musulman Uthman Ibn Affan. La conquête de l’Afrique du Nord se poursuivit sous la dynastie des Omeyyades, qui annexa des parties de l’Algérie vers l’an 61 avant l’hégire ou 680 de notre ère et le Maroc l’année suivante. De cette dernière, des troupes musulmanes ont traversé le détroit de Gibraltar pour se rendre en Europe en l’an 92 avant l’hégire ou 711 de notre ère. L’Islamisation de l’Afrique a pris de l’ampleur au 10ème siècle en Afrique de l’Ouest avec le début du mouvement de la dynastie des Almoravides sur le fleuve Sénégal et à mesure que les dirigeants et les rois africains embrassaient l’Islam. Au cours de cette période, les Européens en général ont qualifié ces musulmans de Maures et ils ont été décrits par ceux-ci comme de couleur noire, noirâtre ou fauve. Au IXe siècle, des sultanats musulmans ont commencé à s’établir dans la Corne de l’Afrique et, au 12e siècle, le sultanat de Kilwa s’est étendu jusqu’au sud du Mozambique. L’islam n’a pénétré plus profondément dans le Malawi et le Congo que dans la seconde moitié du XIXe siècle, sous le sultanat de Zanzibar. Par la suite, les Britanniques ont amené leur population active d’Inde, y compris des ressortissants indo-musulmans, dans leurs colonies africaines vers la fin du XIXe et le début du XXe siècle.

L’islam a été introduit sur la côte nord de la Somalie  peu après l’hijra. La mosquée Masjid al-Qiblatayn de Zeila, datant du VIIe siècle , est la plus ancienne mosquée de la ville. À la fin du IXe siècle, Al-Yaqubi a écrit que les musulmans vivaient le long du littoral nord de la Somalie. Il a également mentionné que le royaume d’Adal avait sa capitale dans la ville, suggérant que le sultanat d’Adal avec Zeila comme capitale remontait au moins au 9ème ou au 10ème siècle.  Les Somaliens de la région ont adopté la religion islamique bien avant que celle-ci ne s’enracine même à son lieu d’origine .

Au cours des siècles suivants, la consolidation des réseaux commerciaux musulmans,  le commerce et les confréries soufies, avait atteint un crescendo en Afrique de l’Ouest, permettant aux musulmans d’exercer une influence et un pouvoir politiques considérables. Sous le règne d’Omar II, le gouverneur de l’Ifriqiya (gouverneur de l’Afrique, c’était son titre; je sais que ça va vous paraître un peu saugrenu) , Ismail ibn Abdullah, aurait convertit les Berbères à l’islam pas par la force mais par la justesse de son administration. Abdallah ibn Yasin, qui a lancé un mouvement qui a poussé des milliers de Berbères à accepter l’Islam, figure également parmi les premiers missionnaires notables.

L’histoire de l’islam en Afrique et les récits de propagation de la religion, en particulier dans le nord et la corne de l’Afrique, ont toujours été controversés. Cheikh Dr. Abu-Abdullah Adelabu, président d’Awqaf Africa London, a écrit dans son livre  Movements of Islam in face of the Empires and Kingdoms in Yorubaland  sur  une arrivée précoce de l’islam dans le sud-ouest du Nigeria. Il a secondé l’anthropologue arabe Abduhu Badawi sur l’argument selon lequel les premiers missionnaires musulmans auraient tiré profit de la chute de Kush au sud du Soudan et de la prospérité de la période politiquement multiculturelle des Abbassides sur le continent, ce qui aurait créé, selon lui, plusieurs courants de migration à l’ouest au milieu du 9ème siècle en Afrique sub-saharienne.  Adelabu a souligné la popularité et les influences de la dynastie des Abbassides (750-1258), la deuxième grande dynastie avec les dirigeants portant le titre de “calife”, favorisant ainsi une migration pacifique et prospère des musulmans  de la vallée du Nil au Niger et aussi la migration des commerçants arabes du désert à la Benué. L’affirmation d’Adelabu semble correspondre à la vision historique conventionnelle voulant que la conquête de l’Afrique du Nord par le califat omeyyade, entre 647 et 709 apr. J.-C., ait mis fin au christianisme en Afrique pendant plusieurs siècles.

De même, sur la côte swahili, l’islam s’est propagé à l’intérieur des terres, se répandant aux dépens des religions africaines traditionnelles . Cette expansion de l’islam en Afrique n’a pas seulement conduit à la formation de nouvelles communautés en Afrique, elle a également reconfiguré les communautés et empires africains existants pour qu’ils soient basés sur les modèles islamiques.  En effet, au milieu du 11ème siècle, l’empire Kanem, dont l’influence s’est étendue au Soudan, s’est converti à l’islam. Dans le même temps, mais plus en direction de l’Afrique de l’Ouest, le souverain au pouvoir dans  l’Empire Bornu embrassa l’islam. Lorsque ces royaumes ont adopté l’islam, leurs sujets ont emboîté le pas. En louant le zèle des Africains pour l’islam, l’explorateur du XIVe siècle, Ibn Battuta, a déclaré que “les mosquées étaient tellement encombrées le vendredi que, si on n’y allait pas très tôt, il était impossible de trouver un endroit pour s’asseoir.”

Au 16ème siècle, l’Empire Ouaddai et le Royaume de Kano se sont converti à  l’islam, et plus tard vers le 18ème siècle, le califat de Sokoto au Nigéria dirigé par Usman dan Fodio a déployé des efforts considérables pour diffuser l’Islam.

Aujourd’hui, l’islam est la religion prédominante de la moitié nord de l’Afrique, principalement concentrée en Afrique du Nord, dans la Corne de l’Afrique et au Sahel, ainsi qu’en Afrique de l’Ouest.

En ce qui concerne l’Afrique de l’Ouest, son islamisation est en grande partie dûe aux Almoravides.                    La dynastie des Almoravides  était une dynastie musulmane berbère impériale centrée sur le Maroc.  Il a établi un empire au 11ème siècle qui s’étend sur l’ouest du Maghreb et une partie de l’Espagne. Fondée en 1062 , par Abdallah ibn Yasin, la capitale des Almoravides était Marrakech. La dynastie est issue des tribus nomades Lamtuna et Gudala du Sahara, traversant le territoire situé entre le Draa, le Niger et le Fleuve Sénégal.

Selon la tradition arabe, les Almoravides ont conquis l’empire du Ghana vers 1076 de notre ère. Un exemple de cette tradition est le récit de l’historien Ibn Khaldoun écrit en 1394. Selon cette source, les Almoravides ont affaiblit l’ empire paien du Ghana. Abu Bakr,  un chef de la tribu berbère Lamtuna et commandant des Almoravides de 1056 jusqu’à sa mort , a lancé des séries de campagnes contre  l’empire du Ghana en 1076. Il  est souvent crédité pour avoir initié la propagation de l’islam à la périphérie sud du Sahara. Ses campagnes militaires auraient été aussi loin que l’actuel Mali, la Mauritanie et le Sénégal.

Par ailleurs, les jihads Peuls (ou Fulani) (parfois appelée la révolution Fulani) sont une série de guerres djihadistes qui ont eu lieu à travers l’Afrique de l’Ouest aux XVIIIe et XIXe siècles et qui ont été menées en grande partie par le peuple musulman Peul. Ces djihad ont pris fin avec la colonisation européenne.

Le premier soulèvement inspiré par l’islam a eu lieu à Fouta Jalon en 1725, lorsque des éléveurs fula assistés de commerçants musulmans se sont soulevés contre les chefferies indigènes toujours dominées par la réligion traditionnelle. En 1750, les Peuls avaient établi un imamat et soumis la charia à la région. Leur succès a incité les Peuls et les Toucouleurs sur les rives du Bas-Sénégal à établir leur propre imamat, le Fouta Toro, à travers une série de guerres entre 1769 et 1776 (sous la consuite d’Oumar Tall).

Au début du 19e siècle, le mouvement du jihad se propagea vers l’est jusqu’aux États haoussa. Le résultat d’une série de jihads commencée en 1804 par le révolutionnaire Usman dan Fodio fut le califat de Sokoto, le plus grand État de l’Afrique de l’Ouest jusqu’à cette époque.

Bien que la religion ait été un facteur de motivation pour les djihad, elle n’a peut-être pas été le principal facteur de motivation au fil du temps. Les peuls voulaient aussi assoeir leur domination sur les régions conquises et augmenter leur pouvoir économique.

D’autres conquérants comme Samory Touré (né vers 1830 et mort le 2 Juin 1900)  ont plus tard soumis des tribus de Guinée et de Côte d’Ivoire à l’islam.

La propagation de l’islam en Afrique de l’ouest ne s’est pas faite uniquement par la force.

Les Dioula appartiennent à l’ethnie Mandé de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, notamment le Mali, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Burkina Faso. Caractérisés comme une caste de marchands ayant connu un grand succès, les migrants Dioula ont commencé à établir des communautés commerciales dans la région au XIVe siècle. Comme leur commerce étaient souvent mené avec des peuples non musulmans, les Dioula ont élaboré un ensemble de principes théologiques pour les minorités musulmanes dans les sociétés non musulmanes. Leur contribution unique au commerce , à l’érudition islamique et à la tolérance religieuse était un facteur important de l’expansion pacifique de l’islam en Afrique de l’Ouest.

 

Articles Similaires

Close