AfriqueGhanaportraits

Joseph Ephraim Casely Hayford, l’un des pères du Panafricanisme.

Joseph Ephraim Casely Hayford était un avocat, auteur et dirigeant politique ouest-africain qui a consacré sa vie à l’amélioration des conditions de vie des peuples de l’Afrique de l’Ouest. Casely Hayford est né le 3 septembre 1866, le plus jeune des trois fils de ses parents, le révérend John de Graft Hayford et Mary (Awuraba) Brew, tous deux de Anomabu, dans la Gold Coast (Ghana actuel), qui était alors une colonie de l’Empire britannique. .

Casely Hayford a fait ses études au Wesleyan Boys High School dans la région de Cape Coast au Ghana, puis au Fourah Bay College de Freetown en Sierra Leone. Au Fourah Bay College, Casely Hayford est devenu un partisan d’Edward Wilmot Blyden, éducateur africain né en Inde. Après l’obtention de son diplôme, Casely Hayford a enseigné au secondaire et a été directeur de l’école secondaire Accra Wesley.

Joseph et Adelaide Casely Hayford.

J.E. Casely Hayford se rend à Londres, en Angleterre, en 1893, où il se forme à la profession d’avocat. Il a également étudié à l’Université de Cambridge où, durant son séjour, il a rencontré sa future épouse, Adelaide Smith qui l’a incité à devenir écrivain. Casely Hayford a commencé à pratiquer le droit en Angleterre en 1896. Il est retourné à Cape Coast l’année suivante et est devenu un membre actif de la Société de protection des droits des aborigènes, un groupe voué à la promotion de la cause des Africains autochtones. En 1910, il est élu président de la société. En 1920, avec T. Hutton Mills, Casely Hayford fonda le Congrès national de l’Afrique occidentale britannique (NCBWA), un mouvement politique majeur en Afrique de l’Ouest qui œuvrait en faveur de la libération de l’Afrique. En 1923, il devint président du congrès. Il a également travaillé comme journaliste et a été rédacteur en chef de Gold Coast Leader, l’un des plus grands journaux appartenant à des noirs en Afrique de l’Ouest. En 1916, Casely Hayford a été élu au Conseil législatif de la Gold Coast. Ce conseil consultatif auprès du gouverneur colonial britannique était le seul organe composé d’élus africains de la colonie.

Casely Hayford a écrit plusieurs livres, principalement sous forme de commentaire et d’opposition aux lois britanniques relatives à la gestion des terres, telles que le Crown Lands Bill de 1897 et l’ordonnance sur les forêts de 1911. Selon lui, l’identité africaine et la stabilité sociale africaine étaient inextricablement liées à la conservation conventions concernant les droits fonciers.

Casely Hayford est connu en Afrique pour être parmi les premiers à soutenir le mouvement panafricaniste. Le panafricanisme est un mouvement mondial qui vise à encourager et à renforcer les liens de solidarité entre tous les groupes ethniques autochtones et de la diaspora d’ascendance africaine. Fondé sur un objectif commun qui remonte à la traite des esclaves dans l’Atlantique. Ajourd’hui,  le mouvement s’étend au-delà du continent africain avec une base de soutien substantielle parmi la diaspora africaine des Caraïbes, d’Amérique latine, des États-Unis et du Canada.Il est basé sur la conviction que l’unité est essentielle au progrès économique, social et politique et vise à unifier et élever le niveau de vie des personnes d’ascendance africaine . L’idéologie affirme que le destin de tous les peuples et pays africains est étroitement lié. Le panafricanisme repose essentiellement sur la conviction que «les peuples africains, tant sur le continent que dans la diaspora, partagent non seulement une histoire commune, mais un destin commun.

Casely Hayford est surtout connu pour ses six livres sur l’Afrique , notamment Gold Coast Native Institutions (1903) et Ethiopia Unbound (1911), qui serait le premier roman africain écrit en anglais. Joseph Ephraim Casely Hayford est décédé le 11 août 1930 à Accra, au Ghana.

Articles Similaires

Close