AfriqueLes Royaumes et Empires africainsMaliportraits

Mansa Moussa: Cet empereur africain du XIVe siècle reste la personne la plus riche de l’histoire

Dans le vaste univers fictif de Marvel Comics, T’Challa, mieux connu sous le nom de Black Panther, n’est pas seulement le roi de Wakanda, il est également le super-héros le plus riche de tous. Et bien que la bataille d’aujourd’hui pour le titre de la personne la plus riche en vie implique une lutte acharnée entre des PDG milliardaires, la personne la plus riche de l’histoire, Mansa Moussa, a plus en commun avec le premier super-héros noir de Marvel.

Moussa devint souverain de l’Empire du Mali en 1312, prenant le trône après que son prédécesseur, Abu-Bakr II, pour lequel il avait servi comme  député, avait disparu lors d’un voyage qu’il avait entrepris pour  atteindre l’océan Atlantique. Le règne de Moussa est venu à un moment où les nations européennes souffraient en raison de guerres civiles déchaînées et du manque de ressources. Au cours de cette période, l’empire du Mali a prospéré grâce à l’abondance de ressources naturelles telles que l’or et le sel.

Et sous le règne de Moussa, l’empire  s’étendit sur une partie non négligeable de l’Afrique de l’Ouest, de la côte atlantique au centre commercial qu’était Tombouctou et dans certaines parties du désert du Sahara. À mesure que le territoire grandissait pendant que Moussa était sur le trône, le statut économique de ses citoyens grandissait.

Ce n’est qu’en 1324 que le monde extérieur  aura un aperçu de l’ampleur de la richesse du roi. Moussa , un musulman pieux, entreprit un voyage à La Mecque . Mais le roi n’a pas voyagé seul.

Mansa Moussa sur le chemin de la Mecque Mecca. (Credit: Print Collector/Getty Images)

Moussa et une caravane regroupant des dizaines de milliers de soldats, esclaves et hérauts, revêtus de soie persane , ont effectué le voyage, long de plus de 6000 kilomètres.  Le convoi  qui accompagnait Moussa a marché aux côtés de chameaux et de chevaux portant des centaines de sacs d’or.

Bien sûr, ce spectacle a été remarqué par les habitants des territoires traversés par Moussa. Après tout, il était impossible de faire l’impasse sur un groupe aussi massif. L’impact laissé par l’empereur malien sur le peuple égyptien se répercuterait pendant plus d’une décennie.

Selon des textes de l’ancien historien Shihab al-Umari, Moussa a été accueilli au Caire par un subordonné d’al-Nasir, qui l’a invité à rencontrer son compatriote monarque. Moussa a décliné cette proposition, affirmant qu’il ne faisait que passer pour son pèlerinage à La Mecque.

La raison du refus de Moussa était connue . En effet, selon la tradition égyptienne , Moussa serait obligé d’embrasser le sol et la main du sultan. Mansa Musa, King of Mali. (Credit: HistoryNmoor/Wikimedia Commons/CC BY-SA 4.0)

En fin de compte, Moussa accepta de rencontrer l’émir. Toutefois, il refusa d’embrasser les pieds de celui comme l’exige la tradition.  À la suite d’une conversation entre les deux hommes, l’Emir al-Nasir a offert d’héberger Moussa et  toutes les personnes l’accompagnant. Moussa  a offert  à son tour un “morceau’ de sa richesse à l’Emir et à l’Egypte.

Des marchés du Caire aux offices royaux en passant par les personnes démunies qu’il a  croisé en Égypte, Moussa a démontré sa générosité en distibuant de l’or.  Les gens étaient ravis, du moins au début car bien que bien intentionnés, les dons d’or de Moussa ont en réalité déprécié la valeur du métal en Égypte, et l’économie du pays a été durement touchée. Il a fallu 12 ans au cours de l’or pour se stabiliser en Egypte.

Mais le voyage du roi ne consistait pas qu’au partage de ces richesses.   Au cours de son voyage, Moussa a acquis le territoire de Gao au sein du royaume Songhaï, étendant son territoire jusqu’à la limite  du désert du Sahara, le long du fleuve Niger. Moussa  dominait  un empire couvrant plusieurs territoires, comprenant le Sénégal, la Gambie, la Guinée, le Niger, le Nigeria, le Tchad et la Mauritanie actuelle, en plus du Mali.

The Djinguereber Mosque. (Credit: Marka/UIG via Getty Images)

Cependant, Gao avait une importance particulière pour le roi. Ce territoire, au Mali d’aujourd’hui, est le lieu où Moussa construisit une après avoir terminé son pèlerinage. Tombouctou était également une ville importante pour Moussa, qui utilisa sa fortune pour y construire des écoles, des universités, des bibliothèques et des mosquées. Tombouctou,  centre commercial en plein essor était le lieu où Moussa a érigé  la mosquée Djinguereber, un édifice célèbre construit en brique et en bois, qui a résisté à l’épreuve du temps et qui est restée active pendant plus de 500 ans.

La reconnaissance de la richesse et de l’influence de Moussa ne s’est répandue en dehors de l’Afrique qu’après son voyage à La Mecque. Les récits de son énorme convoi et de sa générosité ont continué à être transmis bien après sa mort. À la fin du XIVe siècle, Moussa avait été représenté en dessin dans l’atlas 1375 de la Catalogne, une ressource importante pour les navigateurs de l’Europe médiévale. Créé par le cartographe espagnol Abraham Cresques, l’atlas représente Moussa assis sur un trône avec un sceptre et une couronne en or, tenant une pépite d’or.

En ce qui concerne la richesse de Moussa, il est presque impossible de la quantifier . L’immensité de la fortune  de Moussa, explique Rudolph Ware, professeur d’histoire associé à l’Université du Michigan, semble totalement incompréhensible aujourd’hui: «Imaginez autant d’or que vous pensez pouvoir être possédé par un être humain et doublez-le, c’est ce que tous les différents récits sur Moussa essaient de communiquer ».

Articles Similaires

Close